Fifa: Sepp Blatter arrêtera «le 26 février, pas un jour plus tôt»

FOOTBALL Et ce malgré tous les appels à son départ, notamment de la part des sponsors de la Fifa...

N.C. avec AFP
— 
Sepp Blatter dans sa voiture, quittant le siège de la Fifa à Zurich, le 29 septembre 2015.
Sepp Blatter dans sa voiture, quittant le siège de la Fifa à Zurich, le 29 septembre 2015. — Michael Probst/AP/SIPA

Il ne cédera pas aux pressions extérieures. Sepp Blatter, au coeur d'une tempête médiatique et sous le coup d'une préocédure pénale, a affirmé dans une interview au magazine allemand Bunte qu'il ne partira pas avant la date prévue pour l'élection d'un nouveau président. «J'arrêterai le 26 février. Après ce sera terminé. Mais pas un jour plus tôt», a-t-il fait savoir, rejetant une nouvelle fois l'idée d'un départ avant la prochaine réunion du Congrès de la Fifa.

«Je me battrai jusqu'au 26 février. Pour moi. Pour la Fifa. Je suis convaincu que le mal apparaîtra à la lumière et que le bien l'emportera», poursuit Blatter, six jours après la demande de démission immédiate formulée par quatre grands sponsors de l'organisation mondial (Coca-Cola, Visa, McDonald's et Budweiser). Le Suisse, président de la Fifa depuis 1998, a remis son mandat à disposition le 2 juin jusqu'à de nouvelles élections le 26 février.

Versement illégal et contrat défavorable

M. Blatter est visé personnellement depuis fin septembre par une procédure pénale suisse pour un versement présumé illégal de 2 millions de francs suisse (1,8 million d'euros) en faveur de Michel Platini, président de l'UEFA (Fédération européenne de football) et favori, jusqu'ici, à sa succession.

Il est par ailleurs accusé par la justice d'avoir «signé un contrat défavorable» à la Fifa avec l'Union caribéenne de football (Concacaf). Il aurait vendu très en-dessous des prix du marché les droits de diffusion TV des Mondiaux 2010 et 2014.