Ligue des Champions: Les quatre conseils aux Lyonnais pour battre Gand au match retour

FOOTBALL 20 Minutes avait annoncé les trois joueurs de Gand qui allaient perturber Lyon, on propose cette fois des conseils pour le match retour…

Gilles Durand, envoyé spécial à Gand
— 
Le tournant du match : l'expulsion du Gantois Brecht Dejaegere.
Le tournant du match : l'expulsion du Gantois Brecht Dejaegere. — J. Thys / AFP

Comment battre Gand au match retour ? La veille du match, la mascotte de La Gantoise, Ben Buffalo, nous avait livré les trois joueurs dont Lyon devait se méfier. Bingo, ce sont ces trois joueurs qui ont été le plus en vue, mercredi soir, lors du premier match de Ligue des Champions. Pour le match retour, 20 Minutes se sent donc autorisé à prodiguer quelques conseils pour éviter une nouvelle désillusion.

Neutraliser le milieu de terrain. L’arbitre écossais M. Collum ne sera pas toujours là pour empêcher le jeune demi gantois, Brecht Dejaegere, de faire la loi. Ce dernier a fait à peu près tout ce qu’il voulait avant de chatouiller involontairement les chevilles de Gonalons et de se faire sévèrement expulser en fin de première période. Solution : engager le basketteur Rudy Gobert pour défendre en un contre un.

Prendre de vitesse l’attaquant. Le jeu en pivot de l’attaquant belge Laurent Depoitre a posé de sérieux problèmes à Samuel Umtiti qui, parfois, n’a eu d’autres solutions que de se servir du protège-tibia adverse pour essuyer ses crampons. Attention, certains arbitres n’apprécient guère ce genre cette façon de défendre. Solution : travailler le sprint avec Usain Bolt pour être toujours le premier sur le ballon.

 

Profiter de la supériorité numérique. « On n’a pas su jouer ensemble », constatait le capitaine Maxime Gonalons. A 11 contre 10, puis contre 9 après une seconde expulsion en fin de match, Lyon n’a jamais réussi à déséquilibrer la défense adverse pourtant privée de ses deux meilleurs éléments. Solution : demander à Cavani son truc pour marquer tout le temps.

 

Rentabiliser les penalties. On connaissait l’angoisse du gardien au moment du penalty. On a (re) découvert la pression du tireur qui n’a pas marqué depuis près de 700 minutes. Ce penalty détourné par le gardien belge coûte aussi 500.000 euros à Lyon (la différence de prime entre une victoire et une défaite en Ligue des Champions) et peut-être les 3,5 millions de prime pour la qualification en 8e de finale. Solution : laisser Jallet tirer les penalties pour le plaisir de lui voir faire l’oiseau.