Montpellier: «J'ai hésité à démissionner, mais finalement je vais poursuivre...», lance, avec humour, Rolland Courbis

INTERVIEW Battus (1-0) à Rennes, les Héraultais sont lanterne rouge de Ligue 1 après deux journées. Leur entraîneur ne s’affole pas et manie l’humour…

David Phelippeau

— 

L'entraîneur de Montpellier Rolland Courbis.
L'entraîneur de Montpellier Rolland Courbis. — J.S. Evrard / AFP

Deuxième défaite d’affilée et encore aucun but marqué. Une semaine après le revers (0-2) contre le promu angevin, Montpellier s’est incliné (1-0), ce samedi soir, à Rennes sur un but inscrit par les Bretons à deux minutes de la fin. A quelques jours de la réception du PSG et malgré une dernière place au classement, l’entraîneur Rolland Courbis ne veut pas verser dans la sinistrose…

Après cette deuxième défaite d’affilée, quel est votre sentiment ?

(Rires) J’ai hésité à démissionner mais bon finalement, je vais poursuivre encore quelques jours… Même si je sais que parfois en démissionnant, on passe pour un génie. Mais, je n’ai pas envie d’être un génie ce soir, mais plutôt un entraîneur qui cherche et qui trouve de solutions pour son équipe. Cela n’a pas été le cas, ce soir, pour la deuxième fois d’affilée. Mais, ce soir, il n’y a pas de comparaison à faire avec le premier match (contre Angers) complètement raté. On fait deux tiers du match qui sont assez satisfaisants. J’ai déjà vu des équipes faire le match que nous faisons, ce soir, et ne pas le perdre voire même le gagner. On a pour habitude de féliciter les vainqueurs donc je ne vais pas changer mes habitudes. J’aimerais bien être à la place de Philippe Montanier (coach de Rennes) et qu’un de mes attaquants en centrant puisse mettre une lucarne… [sur le but de Grosicky pour Rennes, on ne sait pas s’il voulait centrer ou tirer].

Qu’est ce qu’il vous a manqué ce soir ?

Le même but que Rennes (rires). Il nous a manqué peut-être un peu de réussite, un petit peu de précision, un peu moins de précipitation sur certains coups. Mais, d’un autre côté, quand vous préparez un match avec deux ou trois bosses sur la tête, ce n’est jamais simple. La satisfaction que j’ai c’est que malgré le premier match perdu contre Angers et malgré la semaine compliquée qui a suivi, on a quand même réussi à ressembler à quelque chose ce soir. C’est le seul truc que je peux tirer de positif, mais c’est déjà pas mal.

Ce n’est pas préoccupant quand même ?

Si nous ne marquons pas d’ici la fin de la saison et si les équipes en face de nous nous marquent que des buts avec des lucarnes en centrant, ça ne sera pas très compliqué, mais ça sera plus que ça…