Italie: Le président du football amateur écarté pour des propos homophobes

FOOTBALL Il s'en était pris aux joueuses transalpines...

R.B. avec AFP

— 

Un dirigeant italien est accusé d'homophobie.
Un dirigeant italien est accusé d'homophobie. — Capture d'écran/DR

Le président de la Ligue amateur italienne, Felice Belloli, a été écarté à l'unanimité par un vote de confiance, jeudi, pour des propos homophobes supposés sur le football féminin.

Le dirigeant a perdu son poste lors de la réunion du Conseil du football amateur, a précisé la Fédération italienne de football (FIGC).

M. Belloli est accusé d'avoir dit le 5 mars, lors d'une réunion du conseil du foot féminin qu'il chapeaute, «Basta, on ne peut pas toujours parler de donner des sous à quatre lesbiennes». Il a nié avoir prononcé cette phrase et a refusé de donner sa démission.

«Des paroles sexistes, machistes et ignorantes», condamne la vedette de l'équipe féminine italienne

La vedette de l'équipe féminine d'Italie, Patrizia Panico, a condamné «des paroles sexistes, machistes et ignorantes. Nous voudrions être jugées pour ce que nous faisons sur le terrain, pas pour notre orientation sexuelle».

Plusieurs témoins ont depuis affirmé que le dirigeant avait bien tenu ces propos deux mois plus tôt.

Le président de la FIGC, Carlo Tavecchio, qui dirigeait lui-même le foot amateur avant de devenir N.1, avait condamné les propos de son successeur.

M. Tavecchio s'était lui-même suscité une polémique autour de ses propos durant l'été 2014, avec une allusion aux joueurs africains qui «mangeaient des bananes».