«Je suis le footballeur masqué»: La traque de la «gorge profonde» du foot français a débuté

FOOTBALL Dans un livre qui parait jeudi, un joueur pro anonyme raconte les dessous de la vie des footeux…

Antoine Maes
— 
La couverture du livre "Je suis le footballeur masqué", qui sort le 22 janvier 2015.
La couverture du livre "Je suis le footballeur masqué", qui sort le 22 janvier 2015. — Capture d'écran

En décembre, un mois à peine avant la sortie du livre, le «footballeur masqué» avait «vraiment les jetons». Aujourd’hui, «il se marre», assure Bertrand Pirel, son éditeur chez Hugo Sport. Alors que sort jeudi Je suis le footballeur masqué –  témoignage rock and roll et anonyme de la vie d’un joueur de foot – la grande chasse au mouchard semble lancée. Par les anonymes, par les journalistes, et aussi par certains acteurs du football français.

>> Posez vos questions au «footballeur masqué»

«Il y a pas mal de clubs, d’institutions et de dirigeants qui veulent récupérer le bouquin. A mon avis, il y a 20% de curiosité pour savoir qui c’est, et 80% de pétoche pour savoir ce qu’il dit. Je n’ai jamais vu ça», confirme Bertrand Pirel. On n’en est pas encore à l'hystérie déclenchée par la version anglaise, qui a même fait naître un site regroupant toutes les théories possibles. En attendant, un compte twitter (@JesuisleFM) a fait son apparition ces derniers jours, et la grande devinette autour de son identité l’a bien fait rire.

 Donc, si je récapitule, je m'appelle : Eric Raymond Patrick Vikash Peggy Laurent Didier Bernard Sylvain Edouard Fabrice Jérôme Yohann Igor
— LeFootballeurMasqué (@JesuisleFM) 18 Janvier 2015

 

 Ça fait beaucoup de prénoms pour un seul mec. J'ai peut-être pris un ou deux verres de trop au Milliardaire hier soir...
— LeFootballeurMasqué (@JesuisleFM) 18 Janvier 2015

 

Il faut dire que toute la presse s’en mêle. Dimanche, le JDD a dégainé en premier, voyant en Edouard Cissé le seul candidat crédible, par déduction. Depuis, l’ancien joueur du PSG est le favori des pronostics des sites spécialisés. Malgré les «pièges» (selon l’expression de Bertrand Pirel) tendus tout au long des captivantes 223 pages, c’est en effet une hypothèse crédible.

«Ni Edouard, ni Cissé»

Qui ne risque tout de même pas de sitôt d’être officialisée. «Le seul qui pourra le dire un jour, c’est le "footballeur masqué" lui-même. En attendant on peut dire ce qu’on veut, y compris d’une façon aussi péremptoire que certains. J’ai l’impression d’être dans un jeu permanent de ni oui ni non» rigole l’éditeur. Ou de «ni Edouard ni Cissé», selon la théorie la plus en vogue.