Ligue 1: Hatem Ben Arfa peut-il enfin se relancer avec l'OGC Nice?

FOOTBALL L’international doit relancer sa carrière à Nice après une expérience anglaise plus que mitigée…

— 

Hatem Ben Arfa veut "concrétiser" à Nice.
Hatem Ben Arfa veut "concrétiser" à Nice. — J.C. MAGNENET

Claude Puel et Hatem Ben Arfa. Vu de nos yeux perfides de journalistes, l’alliance est légèrement contre-nature. L’ancien lyonnais et marseillais l’a d’ailleurs reconnu lors de sa présentation comme nouveau joueur de l’OGC Nice lundi. «Je m’attendais à rencontrer une personne très dure, mais j’ai découvert quelqu’un avec beaucoup de valeurs humaines. Son discours m’a plu. En 10 minutes, mon choix était fait: même si le Real s'était présenté, j'avais dit oui à Nice». Il se trouve, étonnamment, que le Real Madrid ne s’est pas présenté, et que les deux derniers clubs qui ont fait confiance au bonhomme ont fini par résilier son contrat.

«Le moment de se remettre en question»

En bref: il va falloir que ça colle avec Puel, sous peine de voir une carrière déjà bien embourbée s’autodétruire totalement. «Ce n’est pas perdu, juge Alain Boghossian, adjoint de Laurent Blanc à l’Euro 2012. On connait Hatem, il a son tempérament et il faut savoir s’adapter à ce qu’il veut. Il a 27 ans, il dit souvent dans ses interviews qu’il a compris ce qu’on lui reprochait, c’est le moment de se remettre en question.» Et d’éviter de reproduire le même schéma devenu lassant: trois bons mois sur une saison, une engueulade avec le coach ou/et un coéquipier, et une fuite ventre à terre pour aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs.

«J’ai vécu des bonnes et des mauvaises expériences dans ma carrière, répond l’intéressé. Mais ici, j’ai trouvé des gens qui ne me jugent pas comme on peut me juger à travers la presse». C’est vrai, Claude Puel ne part pas avec un a priori trop négatif. Il avait même insisté auprès de Jean-Michel Aulas pour conserver le jeune gaucher à une époque où le vestiaire lyonnais avait plus envie de le clouer au mur que de le porter en triomphe. Cela ne veut pas dire qu’il parviendra à en refaire un joueur de très haut niveau: le dernier éclair de Ben Arfa commence à sentir dangereusement la naphtaline.

«J’ai rencontré des personnes qui ne me jugent pas»

«Hatem a besoin d’être efficace, explique Boghossian. Il doit se fondre dans le collectif et apporter des coups de magie à une équipe qui a besoin de marquer des buts. Il doit se rendre indispensable à Nice». Ben Arfa aura un peu de temps pour ça. S’il s’est entretenu physiquement pendant les vacances, le meilleur copain d’Abou Diaby ne sera pas lâché dans le chenil avant l’heure par Puel. «Je veux qu’il ait du volume de jeu, qu’il fasse des différences, tout en se fondant dans le collectif. Mais je n’attends pas de lui qu’il sauve le club ou je ne sais quoi. On attendra qu’il soit prêt. Il faudra être patient avec lui». Eternellement patient?