VIDEO. Coupe Davis : Pourquoi il faut rappeler Yannick Noah au poste de capitaine

TENNIS  Même si les instances de la Fédération française ne sont pas forcément d’accord…

J.L.

— 

Yannick Noah avec Cédric Pioline en Israël, lors de la Coupe Davis en 1996.
Yannick Noah avec Cédric Pioline en Israël, lors de la Coupe Davis en 1996. — CIACCIA/SIPA

«J'ai été choqué par la manière de faire. Je trouve ça assez incompréhensible de se permettre de porter un jugement sur une préparation et des rencontres auxquelles on n'a pas assisté.» Il va sans dire qu’Arnaud Clément n’a que très modérément apprécié la charge de Yannick Noah sur la défaite des Bleus en finale de la Coupe Davis contre la Suisse. Soutenu par la «grande famille» du tennis français, le capitaine des Bleus a fermement rejeté la demande de service du dernier vainqueur français de Roland-Garros. Lequel a pourtant des arguments à faire valoir.

Il sait gagner une Coupe Davis

Alors que les Bleus restent sur trois échecs marquants en finale de l’épreuve (2002, 2010, 2014), il n’est pas inutile de rappeler que Yannick Noah a ramené deux fois le trophée en six ans de capitanat. Et à chaque fois alors que l’équipe de France partait de loin, face aux Etats-Unis en 1991 ou à la Suède d’Edberg et Enqvist en 1996. Certes, quand Clément dit à propos de la finale de cette année: «L'état d'esprit est une condition essentielle pour que l'exploit puisse arriver, mais ce n'est pas une garantie. Là, on était nettement moins forts», il n’a pas tort, mais Noah a au moins autant de raisons de penser que ce n’était pas beaucoup moins corsé de battre Sampras et Agassi en 1991. Et que lui avait su insuffler l’énergie nécessaire pour y parvenir.

La préparation mentale, c’est son domaine

«Ce que je sais, c'est que je suis le mec qui a le plus grand palmarès en France depuis longtemps, depuis cinquante ans, et les mecs ils ne t'appellent jamais, c'est quand même intéressant!» Boulard mis à part, Noah ne dit pas que des bêtises. Malgré ses appels du pied répétés, pas un des meilleurs joueurs français de la décennie n’a jugé bon de lui demander conseil. Au contraire des footeux du PSG, qui avaient demandé à l’ancien vainqueur de Roland Garros de venir ressouder un vestiaire en pleine crise en 1996, Coupe des Coupes à la clé. On a le droit de penser qu’un type qui a réussi à faire gagner une Coupe d’Europe à Paris sur un coup-franc de N’Gotty peut faire du tigrounet Gasquet un lion de compétition sur un week-end.

Personne ne l’aime? Il saura se faire respecter

La pratique d’usage, en Coupe Davis, veut que ce soit les joueurs et uniquement les joueurs qui décident de leur capitaine, ceci afin de déminer plus facilement les conflits potentiels entre l’intérêt collectif et la logique plus personnelle de carrières très individuelles. Un mode de fonctionnement qui a trouvé ses limites: Arnaud Clément, peut-être parce qu’il a été partenaire de tous ses joueurs pendant des années, a souvent donné l’impression de ne vouloir fâcher personne et n’a pas particulièrement fait amende honorable d’un week-end raté à Lille. Yannick Noah n’aurait pas ce problème: il n’est proche de personne dans l’équipe et aurait sans doute eu moins d’états d’âme, par exemple, à laisser sur le banc un Tsonga s’il avait vu que ce dernier risquait à tout moment de rechuter à cause d’un avant-bras douloureux.

Comme ça, il arrêtera la chanson

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, mais les chansons de Yannick Noah, si. Tout le monde a aimé le Saga Africa de Gerland, soit, mais cela commence à dater et rien que d’entendre les premières notes de Simon Papa Tara file de l’urticaire à trois quarts des Français, si l’on se fie à la dernière tournée du chanteur, loin d’être aussi triomphale que par le passé. Reprendre le capitanat de Coupe Davis permettrait donc à Noah de sortir par le haut d’une seconde carrière qui commençait à s’essouffler. Et puis si jamais il hésitait, Noah n’a pas à s’inquiéter d’un quelconque décalage générationnel avec Tsonga, Monfils ou Simon. Au pire, le premier tennisman français à avoir eu droit à un redressement fiscal pour résidence fictive en Suisse pourra toujours causer impôts avec ses joueurs.