Finale de la Coupe Davis: Roger Federer devient le plus grand joueur de tous les temps

TENNIS En remportant dimanche l'un des rares trophées qui manquaient à son palmarès, le Suisse continue d'entretenir sa légende...

Francois Launay

— 

Roger Federer a remporté dimanche à Lille sa première Coupe Davis
Roger Federer a remporté dimanche à Lille sa première Coupe Davis — Stephane Vansteenkiste/SIPA

De l'un de nos envoyés spéciaux,

Il ne lui manquait plus que ça. Recordman des titres en grand chelem (17), Roger Federer n'avait encore jamais remporté la Coupe Davis. En s'imposant dimanche face à Richard Gasquet après un récital, le joueur de 33 ans a permis à son pays de décrocher son premier saladier d'argent. Et de compléter sa collection par un nouveau titre prestigieux. Avec ce succès, Federer devient le quatrième joueur de l'histoire à avoir remporté la Coupe Davis et les quatre tournois du grand chelem. Avant lui, seuls Rod Laver, André Agassi et Rafael Nadal avaient réussi cet exploit. Sauf que le Suisse a plus de grand chelem à son palmarès que les trois autres. De quoi en faire définitivement le meilleur joueur de l'histoire. «C'est quelque chose qu'on ne reverra pas de sitôt», admire Patrice Dominguez, ancien directeur technique national. «C'est un homme exceptionnel qui fait partie des uniques et des rares. Il dépasse les limites de ce que les autres ont été capables de faire. Il fait partie de ces hommes qui ont atteint des sommets incroyables», s'enthousiasme l'ancien joueur français Arnaud Boetsch.

Il ne lui manque que l'or olympique individuel

Seul (petit) bémol dans cette liste infinie de titres: l'absence de médaille d'or olympique. Si Federer a remporté le double à Pékin en 2008 avec Stanislas Wawrinka, il n'a jamais remporté le simple à la différence de Rafael Nadal. «Il ne lui manque que cette médaille d'or car dans les palmarès, on ne parle que des simples. Mais pourquoi pas à Rio en 2016. Il aura 35 ans mais quand on voit ce qu'il a fait ce week-end en coupe Davis à 33 ans. Il ne faut pas aussi oublier qu'il a failli redevenir numéro 1 mondial en fin de saison. Il a été extraordinaire dans sa gestion de carrière», rappelle Patrice Dominguez.

Une semaine parfaitement gérée

Car au-delà de ce nouveau titre, les observateurs ont été bluffés par la façon dont Roger Federer a géré cette semaine de finale. Blessé au dos il y a huit jours, le Suisse avait renoncé à jouer la finale du Masters contre Djokovic pour se soigner. Longtemps incertain, la légende ne s'est entraînée qu'à partir de mercredi sur terre battue. Avant de monter en puissance. «Il a encore démontré ce week-end à tous les amoureux de ce sport que son expérience et ses qualités de joueur étaient exceptionnelles même en arrivant diminué. Son expérience lui a permis de se tester vendredi face à Monfils pour se rassurer afin de monter en régime progressivement», explique Eric Winogradsy, responsable du haut niveau masculin à la Fédération Française de Tennis (FFT). 

Nadal peut encore le dépasser

En rodage vendredi, Federer s'est retrouvé en double samedi avec Wawrinka avant de se lâcher dimanche face à Gasquet lors d'un match époustouflant. La preuve qu'à 33 ans, le numéro 2 mondial reste une référence et n'a pas envie de baisser la garde. Car derrière lui la menace Rafael Nadal guette. Cinq ans plus jeune que Federer, l'Espagnol a déjà remporté la coupe Davis, l'or olympique et quatorze grands chelem. Il peut encore rêver de dépasser le Suisse dans la légende. Une raison qui pourrait pousser la star du tennis mondial à aller jusqu'aux jeux de Rio en 2016 pour définitivement boucler un palmarès déjà exceptionnel.