Propos de Willy Sagnol: «Il fait du Zemmour, peut-être sans le savoir», selon la présidente de la Licra Bordeaux

FOOTBALL La Ligue contre le racisme a annulé son partenariat avec les Girondins menace de porter plainte…

B.V.

— 

L'entraîneur de Bordeaux Willy Sagnol échange avec son joueur Malia Abdou Traoré, le 4 novembre 2014 au centre du Haillan
L'entraîneur de Bordeaux Willy Sagnol échange avec son joueur Malia Abdou Traoré, le 4 novembre 2014 au centre du Haillan — AFP

Ils se réuniront ce mercredi après-midi pour décider ou non de porter plainte. «Consternés» par les propos de Willy Sagnol sur les joueurs africains, les membres de la Licra33 ont immédiatement révoqué leur partenariat avec le club Bordelais. Pour la présidente, Clothilde Chapuis, l’entraîneur des Girondins tient «des propos racistes peut-être sans le savoir et sans se rendre compte de leur gravité.»

Mercredi matin, le président des Girondins, Jean-Louis Triaud, s’est expliqué à la radio. Ses justifications vous ont-elles convaincues?
Pas du tout. Nous sommes consternés par l’intervention de Jean-Louis Triaud ce matin. Nous seulement il valide les propos de Willy Sagnol mais en plus il n’arrive pas à comprendre qu’ils sont racistes. Ses justifications - qui consistent à dire: «ceux qui interprètent mal les propos sont malveillants vis-à-vis du club» -  sont affligeantes. La Licra n‘est pas malveillante vis-à-vis de Bordeaux, d'ailleurs on était partenaires jusqu’à hier soir.

Dans un communiqué publié mardi, vous évoquez les propos de Willy Sagnol comme des théories abjectes…
Il véhicule à travers ses propos une théorie de classification des qualités, des performances et des défauts des individus en fonction de leur origine ethnique. Cette classification-là, elle est née de la classification des races de Gobineau au 19e siècle. C’est ce qui a conduit à les hiérarchiser. Willy Sagnol ne le sait peut-être pas, mais il contribue à faire vivre des préjugés raciaux. Et ce n’est pas la première fois: quand il y avait eu l’affaire des quotas autour de Laurent Blanc, en 2011, Sagnol était venu à son soutien avec le même genre de discours. Je ne dis pas qu’il est raciste, je dis juste qu’il tient des propos racistes peut-être sans le savoir et sans se rendre compte de leur gravité.

La phrase sur les joueurs africains puissants et prêts au combat vous a choqué?
On est dans le cœur du sujet, dans la classification en fonction des origines. L’Africain qui joue au football est combatif et puissant, on attribue une qualité à un individu d’un continent en particulier. C’est la même chose que les gens qui disent que les femmes de ménage noires sont lymphatiques ou tout le temps de bonne humeur. On a des gens qui subissent ces préjugés-là au quotidien parce que les employeurs pensent exactement comme Willy Sagnol. C’est pour ça qu’il est important pour nous de le dénoncer.

Jean-Louis Triaud a expliqué ce matin que c’était une question de formation, et que celles des clubs africains étaient principalement tournées vers l’aspect physique…
Déjà, c’est une justification a posteriori. Mais si Sagnol avait dit que les joueurs venus d’Afrique n’avaient pas la même formation dans leurs clubs d’origine et que c’est pour ça qu’on met l’accent sur la tactique en France, c’est totalement différent. Ça n’a rien à voir. Mais je ne pense pas que ce soit ce qu’il a voulu dire. La phrase d’après sur les «Nordiques ont une bonne mentalité» le prouve. Il n’a pas dit nordique au hasard, c’est en opposition à l’africain et donc le blanc, européen. Est-ce qu’on peut dire un peuple entier a bonne mentalité? C’est comme si vous disiez les Portugais sont sales. Ça fait partie des préjugés qui amènent au rejet de l’autre. Ce qu’il dit, encore une fois peut-être sans le savoir, c’est du Zemmour, de ceux qui sont tenants de ces théories de classifications, qui ont tendance à coller des étiquettes aux gens et à les comparer.

Vous évoquiez dans le communiqué l’idée de porte plainte. Est-ce acté?
Nous allons étudier la possibilité de le faire ce mercredi après-midi. Nous avons une équipe d’avocat bénévole à la Licra Bordeaux qui doit se réunir pour envisager la plainte. Il y a un désir de le faire. Ce n’est pas par plaisir mais on le fera si les conditions sont réunies. Parce que pour nos jeunes, pour ceux qui se sentent insultés par ces propos, on ne peut pas laisser dire ça. On s’insurge quand Pogba se fait insulter à l’étranger, mais quand ça arrive chez nous, on a tendance à banaliser, à minimiser. Nous, on considère que ces personnalités sportives doivent être exemplaires. Ces propos sont racistes et irrespectueux, blessants pour les joueurs africains.