Tour de France 2014: Blel Kadri est content «d'avoir eu carte blanche» pour jouer la gagne

CYCLISME Le Toulousain a pu oublier son rôle d'équipier pour une journée...

J.L. avec AFP

— 

Blel Kadri lors de sa victoire à Gérardmer, le 12 juillet 2014 sur le Tour de France.
Blel Kadri lors de sa victoire à Gérardmer, le 12 juillet 2014 sur le Tour de France. — C.ENA/SIPA

Il a bien appris de Chistophe Riblon. Comme son équipier d'AG2R l'an passé à l'Alpe d'Huez, Blel Kadir aliassé croire à Sylvain Chvanel qu'il n'avait pas les jambes pour aller au bout de leur échappée entre Tomblaine et Gérardmer samedi lors de la 9e étape. C'était avant de contrer le coureur d'IAM et de s'envoler dans le col de la Croix des Moinats, pour la première victoire française de ce Tour de France. Un scénario que le Toulousain avait préparé dans sa tête.

>> L'étape du jour à revivre en live comme-à-la-maison

Blel, aviez-vous coché cette étape au briefing du matin?

L'objectif de l'équipe était de prendre l'échappée. On était trois-quatre coureurs désignés pour ça, on s'est bien battu l'un après l'autre et c'est à moi que ça a souri. Dans l'échappée, on a pris du temps, on s'est bien entendu. Chavanel nous a attaqué au pied de la bosse (Croix-des-Moinats) et je n'ai pas attendu. Après, je suis parti tout seul, je n'ai surtout pas attendu Simon Yates qui n'était pas loin derrière et j'ai bien géré les descentes. Je l'ai fait aussi au métier, avec l'expérience acquise auprès de coureurs comme Christophe Riblon qui a déjà gagné des étapes sur le Tour et à force aussi de faire des échappées."

A quel moment avez-vous eu conscience que c'était gagné?

J'ai savouré à 200 mètres de la ligne. Je ne voulais pas couper mon effort. A 800 mètres, mon directeur sportif m'a dit "tu as gagné, tu as gagné" mais je n'ai pas voulu me déconcentrer.

Votre victoire conforte le très bon début de Tour d'AG2R...

Ce qui est super, c'est que l'équipe me laisse la chance d'aller dans les échappées.  Les objectifs sont clairs dans ce Tour: gagner une étape et jouer le classement général avec Romain Bardet et Jean-Christophe Péraud. Je suis content que l'équipe me laisse carte blanche dans des étapes comme celle-ci. Je ne me sens pas cadenassé. Mais au départ, je me demande toujours quel est le meilleur coureur de l'équipe pour faire un résultat. Je ne fais pas passer mes ambitions personnelles avant le maillot."