VIDEO. Coupe du monde 2014: «C’est la pire défaite de l’histoire du Brésil», assure le sélectionneur Felipe Scolari

FOOTBALL Le sélectionneur brésilien en prend la responsabilité…

B.V. à Belo Horizonte
— 
Luis Felipe Scolari après la défaite face à l'Allemagne, le 9 juillet 2014
Luis Felipe Scolari après la défaite face à l'Allemagne, le 9 juillet 2014 — Hassan Ammar/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Belo Horizonte (Brésil),

Parce qu’il reste «encore un match à jouer», samedi pour la troisième place, Scolari n’a pas voulu annoncer qu’il démissionnait. Mais après l’humiliation historique face à l’Allemagne (1-7), le sélectionneur brésilien était abasourdi en conférence de presse. Pour lui, c’est la «pire défaite de l’histoire du Brésil», et il en prend la «responsabilité.»

Quel est votre message pour les Brésiliens après cette défaite incroyable?
Qu’on a fait ce qu’on a pu. On a joué à notre maximum, ou ce qu’on pense l’être. On a perdu contre une bonne équipe. On voudrait s’excuser pour cette erreur. On va continuer à travailler et jouer pour la troisième place à Brasilia.

Comment expliquer une telle humiliation?
Qui est responsable? C’est moi. Le résultat catastrophique peut être partagé avec les joueurs, car ils ont été mauvais. Mais qui a fait les choix? C’est moi. Le responsable, c’est moi.

Pouvait-on prévoir ce résultat dans vos performances assez moyennes depuis le début de la compétition?
Ce qui est arrivé aujourd’hui était très différent de ce qui est arrivé depuis le début de la Coupe du monde. Même les Allemands, après le match, ont dit qu’ils ne savent pas comment ça s’est produit. Ils ont eu cinq ballons, cinq buts en première mi-temps. Mais c’est grâce à leur qualité. Vous pouvez dire que c’est une défaite terrible. Mais une fois qu’il y a 5-0, vous courrez après le score pour faire en sorte que ce soit honorable.

Est-ce que c’était votre dernier match à la tête de la Seleçao?
On a encore un match à jouer, samedi…

Après une telle claque, le football brésilien doit-il se réinventer?
Parce qu’on a perdu aujourd’hui? Au moins 12 ou 13 joueurs présents ce soir seront là en 2018. L’Allemagne avait déjà beaucoup de joueurs à l’Euro 2008 qui étaient là ce soir. C’est la pire défaite de l’histoire du Brésil, oui, mais il faut apprendre à vivre avec.

Pourquoi n’avez-vous rien fait lorsque vous avez encaissé plusieurs buts d’un coup?
C’était un but après un autre. Tout le monde a eu une sorte de black-out. On leur parlait, on essayait de retrouver une organisation. On a paniqué. Tout a marché pour eux. On n'aurait rien pu faire à ce moment-là.  Les joueurs avaient les capacités pour aller en finale, mais ça n’a pas marché sur 10 minutes d’un match aujourd’hui. Ca ne sert à rien d’expliquer ça avec des réalités ou des explications. C’est arrivé et ça pourrait ne plus jamais arriver.

L’absence de Neymar…
(Il coupe) Si Neymar avait été là, ça serait peut-être arrivé aussi. C’est un attaquant, je ne suis pas sûr qu’il aurait pu changer ce qu’il s’est passé, et qu’il aurait pu arrêter les attaques allemandes. On a aucune raison de penser qu’avec lui, ça ne serait pas arrivé.

Vos joueurs avec trop d’émotions sur leurs épaules?
Non. N’essayons pas de trouver des excuses, Neymar ou l’émotion. Ce qui est arrivé, c’est que l’Allemagne pendant un petit laps de temps a été capable de marquer 2 ou 3  buts. Il y a ces quatre, cinq, six minutes dont l’Allemagne a profité.

Comment vous sentez-vous personnellement ce soir?
C’est le pire moment de ma carrière. C’est le pire jour de ma vie. On va se souvenir de moi pour cette défaite. Mais c’est un risque que je connaissais en prenant le job. Mais la vie continue, pour vous et pour moi. Elle ne s’arrête pas avec cette défaite. On va devoir trouver la motivation pour le dernier match.