Coupe du monde 2014: «Le commentaire sportif, ça ne doit pas être carré, réglo», selon Omar Da Fonseca

FOOTBALL Le consultant de beIN Sports a fait beaucoup parler avec son style peu habituel sur une chaîne française…

Propos recueillis par Antoine Maes

— 

Omar Da Fonseca, le consultant de beIN Sport.
Omar Da Fonseca, le consultant de beIN Sport. — Capture d'écran 20Minutes

De notre envoyé spécial à Sao Paulo,

C’est SA Coupe du monde. Au micro de beIN Sports, l’Argentin Omar Da Fonseca est en feu pendant le Mondial brésilien. Au point de casser en mille morceaux les codes du consultant traditionnel. A 55 ans, le natif de Buenos Aires régale ses téléspectateurs avec des expressions qu’on n’entend jamais en direct. Au Brésil, il se fait plaisir, et ça s’entend.

Vous êtes au courant que vous faites un peu le buzz en France?

Je ne sais pas… Oui il y a des amis qui m’en parlent, mais il n’y a pas d’exploit. J’ai du mal à comprendre en fait. Moi je suis de la vieille école, je m’amuse, j’ai une chance inouïe de faire cette Coupe du monde, de venir au Brésil,  et d’accompagner des choses magnifiques. Mon avenir est derrière moi, alors pouvoir vivre un truc comme ça à 55 balais… En fait quand je vois tous ces restos brésiliens, tous ces Argentins qui viennent en camping-car, je crois que c’est l’environnement qui me touche encore plus. Il y a mon coté sentimental et romantique qui ressort.

Quand vous dites après un but de Robben, «il leur a fait l’amour sans préliminaires», ça sort d’où?

Je viens d’une culture argentine qui est celle de la radio. Avec mon grand-père, on écoutait les matchs sous un arbre, on vivait le match parce que le mec te le raconte avec une force, avec une façon imagée. En plus, je dis que le commentaire sportif, ça ne peut pas être carré, réglo. Quand je vois les entraîneurs, des fois ça m’énerve. J’ai vu la conférence de presse de l’entraîneur argentin, j’ai envie de lui dire "Oh, tu es à la Coupe du monde, tu as Messi dans ton équipe, tu vas jouer pour une place en demi-finale". Et il a une tristesse, il ne dégage rien. Il y a des maladies, il y a la guerre, tu ne parles que de football! La légèreté, le recul sont nécessaires. La phrase de Robben, certains l’ont mal interprétée. Mon fils le premier, il m’a dit que je n’avais pas le droit.

C’est plutôt marrant pourtant…

J’essaie de ne jamais être vulgaire, de ne jamais attaquer l’être humain. Si je dis qu’il est lent et qu’on dirait un escargot, c’est en essayant de dissocier l’aspect sportif de l’aspect humain. Je suis un accompagnateur, je n’ai pas la science infuse. Mais j’aime pouvoir sortir un peu de philosophie dedans, que ce soit préparé ou spontané.

Avouez que vous préparez des fiches avec vos expressions!

Ah non! Il faut savoir quand même que ce n’est pas ma langue maternelle. Donc des fois quand je trouve un mot, j’essaie de le comprendre. J’ai vu ‘’famélique’’, je ne savais pas ce que c’était, on ne l’entend jamais. Je l’ai marqué et je l’ai dit. Je ne veux pas mal parler. Je ne voudrai pas saouler les gens. J’accompagne quelque chose de festif, et même s’il y a des blessés, même s’il y a des défaites, ce n’est jamais grave. Le monde ne s’arrête pas à ça.

Le commentaire sportif français doit-il s’inspirer un peu plus des sud-américains?

Moi j’ai envie de dire oui. J’ai vécu 30 ans en France, et je trouve que le Français, c’est un mec qui se plaint beaucoup, et il se contrôle encore plus. Des fois je vais à la rédaction, je leur dit, "ça fait 50 ans qu’on l’entend le Allez les Bleus". Les Argentins, tu verrais la quantité de chansons qu’ils sortent… Ce n’est pas parce qu’on a une tête pleine de lourdeur qu’on est plus pro et qu’on sera moins pertinent. En Amérique du sud, on accepte un peu plus le coté sensible. Dire qu’on fait un mauvais match, ça existe, il n’y a pas de violence, ce n’est pas vicieux. En France, on dit qu’il ne faut pas dire ça, on est tout le temps dans la retenue. C’est là qu’il faut développer un peu plus de légèreté. C’est un jeu, il ne faut pas toujours se positionner à travers le résultat. C’est une question d’ouverture des chakras!