Roland-Garros 2014: «Aucun joueur français n'a un niveau d’outsider», estime Guy Forget

TENNIS L’ancien capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis (1999-2012) dresse un constat du tennis français peu optimiste juste avant le début des internationaux de France…

Propos recueillis par Marc Nouaux

— 

Guy Forget en 2012 à Monte-Carlo.
Guy Forget en 2012 à Monte-Carlo. — VALERY HACHE / AFP

Roland-Garros 2014 ne s’annonce pas comme un grand cru pour le tennis français. Au regard des méformes chroniques des leaders, Tsonga et Gasquet, Guy Forget, l’ancien capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis, préfère ne pas s’enflammer, trois jours avant le début du tournoi. Selon lui, il sera très dur de rivaliser avec les meilleurs pendant la quinzaine parisienne.

D’un point de vue général, quel est l’état des troupes françaises avant Roland-Garros?

On ne va pas dire que c’est l’année idéale car il y a eu pas mal de pépins physiques et des résultats en pointillés. On aime bien arriver à Roland-Garros avec un capital confiance qui est au top. Maintenant, c’est peut-être l’occasion de se transcender. Le point positif, c’est que ce ne sont pas des petits jeunes. Ce sont des garçons qui sont capables de bien jouer à ce moment là.

On dit souvent que le sportif français est bon quand on ne l’attend plus…

C’est trop restrictif de généraliser. Des fois, Tsonga on l’a attendu, il était présent. Gaël Monfils est surprenant tout le temps, dans le sens positif comme négatif du terme que ce soit en France ou à l’étranger. Il y a des gens qui sont un peu imprévisibles. On sait que Rafael Nadal ou David Ferrer seront en deuxième semaine et sûrement dans le dernier carré. On n’a pas ce niveau-là ce fond de jeu sur terre battue pour être serein en se disant que lui est sûr d’aller en demi-finales.

C’est un problème générationnel ou physique?

C’est plutôt l’état de forme en ce moment de certains joueurs. Et les quatre-cinq meilleurs du tennis mondial aujourd’hui, il n’y a aucun Français qui n’a ce niveau-là. C’est un constat.

Si vous aviez quand même une petite pièce à miser sur un Bleu?

Pour gagner le tournoi, aucun. Mais c’est normal, si on va chez les bookmakers, il n’y en a pas un qui est bien placé. Maintenant, Jo [Tsonga] a montré par le passé qu’il pouvait très bien jouer à Roland-Garros. Gaël Monfils, qu’on le veuille ou non, si physiquement il est bien, il est tellement imprévisible qu’il est capable de faire un truc. Pour les autres, il n’y a pas eu les résultats qui ont été ceux que l’on aurait pu imaginer pour eux. Richard Gasquet, on ne sait même pas s’il pourra jouer, on ne peut pas aujourd’hui envisager ce tournoi avec des objectifs très élevés.

Stan Wawrinka avait bousculé la hiérarchie à Melbourne en janvier, pourquoi un Français ne pourrait-il pas créer aussi la sensation?

Oui mais Stan a bien joué aux Masters avant de gagner le Tournoi d’Australie… Il n’est pas arrivé là par hasard. Il y a eu des coups de force en amont qui n’ont pas eu lieu chez nous. Wawrinka fait partie des outsiders pour Roland mais chez les Français, on n’a pas ce niveau-là, pour le moment.