Ligue 1: Mickaël Landreau a «le sentiment d’avoir accompli un remarquable travail»

INTERVIEW Le gardien de but de Bastia Mickaël Landreau a joué l'ultime match de L1 de sa carrière samedi soir…

David Phelippeau
— 
Mickaël Landreau en conférence de presse après son dernier match de L1.
Mickaël Landreau en conférence de presse après son dernier match de L1. — PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Vers 23 h20, il arrivé tout sourire en conférence de presse. Mickaël Landreau vient tout juste de tourner une page de près de 18 ans de carrière au plus haut niveau. Il est incroyablement serein. Quelques minutes avant, il a réussi à garder sa cage inviolée (0-0) avec Bastia contre son club de cœur, le FC Nantes. Un dernier objectif qu’il a encore réussi.

Mickaël, ça y est, c’est fini…

Oui, c’est fini. Les dernières minutes ont été jouées… Je suis content d’avoir fait ce match-là. Je suis content de ne pas avoir pris de but. Ce match n’était pas simple à préparer compte tenu de l’effervescence et de ce qu’il représentait mais j’ai pris plaisir. Quand on est  gardien de but, il faut rester concentré. J’ai été très peu sollicité pendant une heure puis j’ai fait un ou deux arrêts pas faciles. Cela s’est fini comme lors de mon premier match en pro sur un 0-0 (Bastia-Nantes en octobre 1996) à Furiani. Cela devait se finir comme ça.

A quoi avez-vous pensé lors des dernières minutes?

J’avais surtout envie de ne pas prendre de but, de finir sur cet objectif. Je suis complètement satisfait ce soir…

Comment avez-vous vécu toutes les festivités organisées pour vous?

Franchement, je vais peut-être vous surprendre mais j’ai bien vécu ce moment. J’ai profité. J’ai pris tout ce que j’avais à prendre.  J’ai profité de tous ces compliments, de tous ces remerciements. J'ai vraiment le sentiment d’avoir accompli un remarquable travail, d’être bien dans mes pompes à l’issue de cette soirée.

C’est une sortie réussie?

Oui c’est une sortie réussie car on n’a jamais de garanties dans ce genre de soirées.  Je suis content de l’avoir gérée comme ça et fier d’avoir réussi ça. Ce n’est pas toujours simple d’arrêter une carrière. Moi, franchement j’ai une chance exceptionnelle que tout ce soit bien passé.

On vous a vu davantage regardé les tribunes à l’issue du match que le feu d’artifice…

Je me disais que des feux d’artifice j’en verrai des tonnes, mais par contre un moment comme ça, je n’en vivrai plus. Je préférais regarder l’ensemble des tribunes car je sais que ces images  resteront gravées…

On vous sent serein…

C’est magnifique. Je suis vraiment heureux que ça se finisse comme ça. J’ai passé un an et demi magnifique à Bastia. Que ça se finisse contre Nantes c’est un symbole qui représente beaucoup pour moi. Je suis allé au bout de tout ce que j’avais à accomplir.

Songez-vous à un retour à Nantes à l’avenir?

On dit souvent que l’histoire fait qu’on peut retourner d’où on vient mais ça peut- être à Nantes ou à Paris ou à Lille ou à Bastia. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve. En attendant, mercredi soir, je retrouve Clairefontaine pour un tout  autre objectif. C’est une vie passionnante d’un groupe qui doit bien vivre pour aller le plus loin possible à la Coupe du Monde qui m’attend.