Amical: Face aux Pays-Bas, l’équipe de France montre qu’elle est sur la bonne voie (2-0)

FOOTBALL Les Bleus n’ont connu aucune difficulté face à une très jeune équipe néerlandaise…

Bertrand Volpilhac, au Stade de France

— 

Blaise Matuidi s'empare du ballon, le 5 mars 2014 au Stade de France.
Blaise Matuidi s'empare du ballon, le 5 mars 2014 au Stade de France. — DAMIEN MEYER

Puisque l’humeur est badine, voici une petite devinette. Nous cherchons un mot, souvent employé pour désigner ce qu’il manque à l’équipe de France depuis plusieurs années mais détesté par Didier Deschamps, qui préfère parler de «réalité d’un seul match». Si vous n’avez pas trouvé, il s’agit de «certitudes». Pourquoi certitudes? Parce que l’équipe de France, très facile victorieuse des Pays-Bas hier soir au Stade de France (2-0), semble enfin s’en être trouvées suffisamment pour préparer la Coupe du monde avec de légitimes ambitions.

Griezmann disponible, Mangala impeccable

Evacuons d’emblée tous les bémols d’usage: oui, les promesses de matchs amicaux n’engagent que ceux qui veulent bien y croire et oui, l’équipe néerlandaise, très rajeunie, n’avait pas grand-chose de celle qui défendra son pays au Brésil. Il n’empêche, gros mot ou pas, voilà Deschamps plein de certitudes. Sur son milieu de terrain Matuidi-Pogba-Cabaye, actif au pressing quand il n’a pas le ballon et terriblement juste quand il l’a, le premier d’entre eux s’étant même permis d’inscrire un but d’une reprise somptueuse (2-0, 41e).

>> Le match à revivre en live-comme-à-la-maison

Sur celui qui mènera son attaque au mois de juin, Karim Benzema, dans une forme exceptionnelle et lui-même buteur d’une belle demi-volée (1-0, 32e). Et enfin sur son réservoir de joueur, qui devrait lui permettre de varier les options. Pour sa première sélection, Antoine Griezmann a été disponible et pas avare en efforts. En défense centrale, le rappelé Eliaquim Mangala s’est occupé du cas Robin Van Persie sans aucun problème. Eux n’ont pas encore la certitude d’être dans la liste définitive, mais ils ont forcément pris de l’avance.