Sotchi 2014: Le Coréen qui a décidé de gagner côté russe

Julien Laloye

— 

Le Néerlandais Sjinkie Knegt auteur d'un double doigt d'honneur adressé à Viktor Ahn à l'arrivée du 5000m des championnats d'Europe de short-track à Dresde, le 19 janvier 2014
Le Néerlandais Sjinkie Knegt auteur d'un double doigt d'honneur adressé à Viktor Ahn à l'arrivée du 5000m des championnats d'Europe de short-track à Dresde, le 19 janvier 2014 — ROBERT MICHAEL / AFP

De notre envoyé spécial à Sotchi,

Nelson Monfort, visiblement en forme olympique depuis le début des Jeux, a encore sévi sur le short-track. Sa dernière victime, le patineur russe Viktor Ahn, vainqueur du 1000m samedi. «Celui-là vient sûrement de la Russie orientale, près de Vladivostok». Non Nelson, Viktor n’est pas né à Vladivostok. Un peu plus bas en fait. En Corée du Sud. Les vrais fans des JO d’hiver doivent se souvenir du vrai nom du bonhomme. Ahn Hyun-Soo, triple médaillé d’or à Turin. Et la question qui vous taraude tous. Comment ce diable de Coréen –pout toi Nelson- s’est il transformé en représentant russe huit ans après ? «Ahn faisait partie des meilleurs patineurs de l’histoire coréenne. C’était une star dans notre pays» explique Hangmen Cho, débauché par la fédération française pour venir former les Français aux subtilités du short track.

Ecarté des Jeux de Vancouver

 «Le souci, c’est qu’il s’est blessé gravement au genou juste avant Vancouver et il n’a pas pu intégrer l’équipe pour les JO de 2010. Les entraîneurs l’ont écarté parce que le short track est une discipline très concurrentielle en Corée. » Le garçon a en gardé une certaine rancœur. Laquelle l’a basiquement conduit à proposer ses services à la première fédération qui voudrait de lui. Le cœur sur la main, la Russie, peu connue pour ses acrobaties sur piste courte, s’est jetée sur l’opportunité. En échange d’une grosse somme d’argent, prétendent les mauvaises langues. «C’est en effet la rumeur à son sujet, admet Hangmen Cho. On en beaucoup parlé à l’époque en Corée, mais c’est son choix.» Ahn Hyun-Soo, ou Viktor Ahn, comme vous voulez, se montre évidemment discret pour le sujet. Le jeune homme préfère clamer son amour pour sa nouvelle patrie.

Recruté par la Russie à prix d’or?

«J’ai choisi le prénom Viktor parce que c’est le nom d’un autre russe d’origine très connue, (Viktor Tsoi chanteur de rock décédé, ndlr). Je veux devenir aussi célèbre ici que lui. Et puis c’est un nom facile à retenir pour les Russes ». Le plus drôle ? Viktor a été à ça de s’appeler Steven, selon une confidence de Jang, entraîneur Coréen du Kazakhstan qui se revendique ami de l’athlète. «Il était très tenté par les Etats-Unis. Mais il fallait avoir un visa. Et, le problème, c’est que là-bas il n’y a pas d’argent pour le short-track. Il a trouvé de bien meilleures conditions en Russie» Dit autrement, Vladimir Poutine a ordonné de sortir les roubles fissa. Sans que personne ne s’en offusque. Viktor Ahn a été acclamé comme un vrai moscovite de naissance par le public de l’Iceberg. Il faut dire qu’en rapportant ses deux premières médailles dans la discipline à la Russie, Ahn a remboursé son passeport au centuple.