Tour de France: Les coureurs les plus performants sont les plus attirants

CYCLISME C’est une étude scientifique qui l’affirme…

avec AFP

— 

Le Britannique Bradley Wiggins, vainqueur du Tour de France 2012.
Le Britannique Bradley Wiggins, vainqueur du Tour de France 2012. — LUK BENIES / AFP

La cuisse bien tournée et le mollet cuivré, les coureurs du Tour de France ont servi de cobayes à un biologiste spécialiste de l'évolution pour démontrer que les hommes les plus performants sur le plan sportif étaient aussi jugés plus attirants par les femmes.

Cette course cycliste est «généralement considérée comme une des épreuves d'endurance les plus difficiles», souligne Erik Postma, de l'Institut de biologie de l'évolution et de sciences de l'environnement de l'Université de Zurich (Suisse).

Son étude, publiée mercredi par la revue Biology Letters de la Royal Society britannique, a mis en selle 80 des 153 coureurs qui ont achevé en 2012 la 99ème édition du Tour de France : 20 étapes, trois semaines et 3.497 km de course et un total de 25 cols ou côtes et arrivées en altitude classés en deuxième, première ou hors catégorie.

Une enqupete menée sur la Grande Boucle 2012

Cette année-là, c'est le Britannique Bradley Wiggins qui avait revêtu le maillot jaune du vainqueur sur les Champs-Elysées à Paris, devançant son compatriote d'origine kényane Christopher Froome et l'Italien Vincenzo Nibali.

Mais ce n'est pas le podium final qui a retenu l'attention du biologiste.

Pour quantifier la performance physique de chaque coureur, Erik Postma a établi sa propre méthode de calcul, basée sur les temps réalisés pour le prologue, les deux étapes de contre-la-montre individuel, et l'ensemble du parcours.

Parallèlement, le biologiste a mis en ligne deux enquêtes, chacune présentant les portraits de 40 coureurs dans un ordre aléatoire et sans faire mention de leur performance. Les photos, prises la veille du départ de la course et mises à disposition par les organisateurs, montraient le visage, le cou et une partie des épaules. Elles étaient «aussi standardisées que possible»: de face, sans lunettes de soleil ni casquette, etc.

816 personnes au total ont participé à l'étude, dont 72% de femmes. On leur demandait de noter de 1 à 5 (5 étant le meilleur score) l'image de chaque coureur, en termes d'attractivité. «J'ai montré que les coureurs les plus performants étaient les plus attirants, et que cette préférence était plus forte chez les femmes qui n'étaient pas sous pilule contraceptive», a affirmé Erik Postma.

Comment expliquer cette association entre performance et attractivité du visage?

L’endurance pour chasser, raison de cet attrait

Chez les premiers hominidés, le succès à la chasse, et donc la facilité à nourrir une famille, dépendait de la capacité à traquer le gibier pendant des jours et des jours.

«C'est pourquoi la performance d'endurance était un facteur évolutif clé», a expliqué Erik Postma dans un échange de mails avec l'AFP.

En choisissant un partenaire avec une capacité élevée d'endurance, une femme pouvait espérer faire coup double: disposer de plus de ressources pour se nourrir elle et ses petits et avoir une progéniture en meilleure condition physique.

Les scientifiques font l'hypothèse que l'attractivité faciale a évolué pour adresser un signal, parmi d'autres caractéristiques, sur la performance d'endurance.

Pour la petite histoire, c'est un Français, Amaël Moinard (45e au classement général du Tour), qui est arrivé en tête du classement des coureurs les plus attirants, suivi d'un autre Français, Yann Huguet (138e du Tour) et du Belge Maxime Monfort (16e du Tour).