Droits télé du Top 14: BeInSports conteste la procédure et songe à des poursuites

TELEVISION Les deux chaînes n'en finissent plus de se battre pour les droits télé du sport...

N. Beu. avec AFP

— 

Chris Masoe, le troisième ligne de Toulon, sur la pelouse de Castres, le 14 septembre 2013.
Chris Masoe, le troisième ligne de Toulon, sur la pelouse de Castres, le 14 septembre 2013. — R. Gabalda / AFP

BeInSports fait du raffut. Après l'attribution par la Ligue nationale de rugby des droits télévisuels du Top 14 à Canal+, la chaîne qatarie a annoncé jeudi qu'elle «contest(ait) fermement les conditions» dans lesquelles la quatrième chaîne a remporté l'appel d'offres. Mieux: elle n'exclut pas un recours judiciaire.

«BeInSports conteste avec fermeté les conditions d'attribution par la LNR des droits exclusifs du Top 14 à Canal+ pour les cinq saisons à venir et regrette l'absence de respect d'une procédure transparente de mise en concurrence équitable et loyale», a déploré la chaîne dans un communiqué. «Elle se réserve le droit d'intenter toutes actions devant les autorités compétentes aux fins de remettre en cause cette attribution qui s'est faite sans aller au terme de l'appel à candidatures qui avait pourtant été lancé par la LNR début décembre», a ajouté BeIn.

Un appel d'offres mouvementé

Mardi, la LNR avait annoncé à la surprise générale avoir vendu les droits du championnat de France de rugby à Canal+ pour 355 millions d'euros entre la saison 2014-2015 et 2018-2019, soit une moyenne de 71 millions d'euros par exercice (contre 31,7 jusque-là). Cela avait mis fin à un feuilleton à rebondissements, entamé par la dénonciation du contrat entre la LNR et Canal+, son diffuseur historique, début décembre. La Ligue avait alors déposé un appel d'offres, misant sur la concurrence de BeInSports.

Se disant furieux, les représentants de Canal+ avaient déposé quatre recours devant les tribunaux tout en menaçant de ne pas répondre à l'appel d'offres lancé par la LNR. Ce qui a forcé la LNR à suspendre la procédure le 10 janvier, au grand dam de BeInSports. Dès le 11 janvier, la Ligue avait repris ses négociations de gré à gré avec Canal, conclues quelques jours plus tard, sans que BeInSports n'ait pu déposer de proposition.

Un «monopole» contesté

«C'est sûr que BeInSports pourrait dire qu'elle n'a pas eu toutes les chances de pouvoir s'exprimer sur ce dossier», a reconnu mercredi le président de la LNR Paul Goze, assurant toutefois avoir «été correct» avec la chaîne. Le directeur général de BeIn, Youssef al-Obaidly, interrogé samedi dernier par Le Figaro, c'est-à-dire avant l'attribution des droits TV, avait cependant menacé Canal+ d'une procédure devant «les autorités de la concurrence».

«Canal+ fait tout pour protéger sa position monopolistique», avait-il déploré, dénonçant notamment les recours déposés par la chaîne cryptée contre l'appel d'offres de la LNR.