Michaël Schumacher : Retour à la normale au CHU de Grenoble

ACCIDENT Alors qu’aucune information récente n’a filtré sur l’état de santé de Schumacher, tous les journalistes ont quitté l’hôpital, deux semaines après la grave chute à ski du pilote allemand…

Manuel Pavard

— 

Une banderole de soutien à Michael Schumacher devant l'hôpital de Grenoble, le 14 janvier 2014.
Une banderole de soutien à Michael Schumacher devant l'hôpital de Grenoble, le 14 janvier 2014. — M.Pavard/20Minutes

De notre envoyé spécial à Grenoble,

Sur le parking aménagé en face de l’entrée Chartreuse, les voitures immatriculées en Isère ont remplacé les camions satellites des télévisions françaises et étrangères. Deux semaines après le grave accident de ski de Michael Schumacher à Méribel (Savoie), le CHU de Grenoble-La Tronche a enfin retrouvé sa routine habituelle. Depuis le 29 décembre dernier, une centaine de journalistes venus du monde entier faisaient en effet le pied de grue devant le bâtiment de neurochirurgie où est hospitalisé le pilote allemand. Tous, et notamment l’impressionnant contingent de médias allemands, italiens et brésiliens, ont évacué l’hôpital après la conférence de presse du parquet d’Albertville, mercredi dernier.

Le « soulagement » du personnel

Seuls vestiges de cette agitation médiatique, une banderole laissée sur place par des fans de Schumacher et la présence, discrète mais visible, de la sécurité aux abords du bâtiment. Si le personnel du CHU a reçu des consignes strictes de la direction pour ne pas parler à la presse, une infirmière avoue néanmoins son « soulagement, partagé par tous les collègues. Entre les journalistes qui t’alpaguaient sans arrêt et ceux qui proposaient carrément de l’argent pour avoir des infos, c’était difficile de travailler correctement. On peut enfin respirer ! »

Présente sur place tous les jours depuis l’accident, l’AFP n’a ainsi « plus aucun dispositif devant l’hôpital, précise l’un des journalistes de l’agence à Grenoble. On a arrêté le jour de la conférence de presse d’Albertville. Depuis, on essaie de se maintenir informé chaque jour et on reste en contact avec la communication du CHU et l’attachée de presse de Schumacher. Hier soir, elle nous a répondu par texto. Elle ne l’avait pas fait depuis le dernier communiqué. »

Dans le message envoyé ce lundi, Sabine Kehm indiquait qu’elle ne savait pas « quand allaient être communiquées de nouvelles informations » sur l’état de santé du septuple champion du monde de Formule 1. Aucune nouvelle n’a donc filtré depuis le lundi 6 janvier. Ce jour-là, Michael Schumacher se trouvait, selon son entourage et ses médecins, dans un état « critique mais stable ». Le soir même, une source proche du pilote évoquait cependant une « légère amélioration ».