Démission de Jean Fernandez: A Montpellier, Laurent Nicollin veut «un entraîneur qui redonne le sourire»

FOOTBALL Alors que son club traverse une période compliquée et s'est séparé de son entraîneur...

Avec AFP

— 

Laurent Nicollin, dirigeant du MHSC, lors de l'annonce du départ de Jean Fernandez, le 5 décembre 2013 à Montpellier.
Laurent Nicollin, dirigeant du MHSC, lors de l'annonce du départ de Jean Fernandez, le 5 décembre 2013 à Montpellier. — PASCAL GUYOT / AFP

Le président délégué de Montpellier, Laurent Nicollin, veut «un entraîneur qui gagne et qui redonne le sourire aux joueurs», pour succéder à Jean Fernandez qui a annoncé sa démission jeudi à la suite des mauvais résultats de son équipe. «Je veux un entraîneur qui gagne des matchs, qui redonne le sourire aux joueurs et qu'il y ait une communion avec le public», a déclaré le fils de Louis Nicollin, le fondateur du club.

«Cela peut se faire cet après-midi ou lundi. Il suffit d'avoir la bonne personne et que celle-ci dise oui. Que l'entraîneur que nous souhaitons soit là dimanche, c'est autre chose. Cela serait bien d'avoir un accord avant le match», a ajouté Laurent Nicollin, alors que Montpellier, 17e, se déplace à Toulouse dimanche pour la 17e journée de L1.

Pour assurer la succession de Fernandez, Montpellier étudierait la possibilité d'engager Rolland Courbis ou Frédéric Antonetti, deux entraîneurs expérimentés et libres de tout contrat. En attendant la nomination d'un nouvel entraîneur, Pascal Baills, entraîneur-adjoint de Jean Fernandez, assurera la transition. Bruno Martini, ancien entraîneur des gardiens de l'équipe de France et détenteur du diplôme d'entraîneur professionnel de football (DEPF), devrait précipiter son arrivée au club pour être le prête-nom de Baills.