Le pivot de Nantes Mahmoud Gharbi accusé de meurtre par erreur

David Phelippeau à Nantes

— 

Le handballeur nantais Mahmoud Gharbi (en violet) face à Toulouse en 2013
Le handballeur nantais Mahmoud Gharbi (en violet) face à Toulouse en 2013 — F.Elsner / 20minutes

Il en sourit mais sur le coup ça ne l’a pas amusé. Dimanche, alors qu’il était à l’aéroport de Tunis pour prendre un avion en direction de la France, le pivot du HBC Nantes Mahmoud Gharbi a été arrêté par les policiers.

Le Tunisien raconte: «J’ai passé mes bagages et j’ai donné mon passeport. Là, ils m’ont dit "Monsieur, vous êtes condamné à dix ans de prison pour des faits de meurtre remontant à 2007". Ils ont ajouté: "On vous connaît mais on n’a pas le choix. C’est dans notre ordinateur!"» Le joueur nantais n’a donc pas pu quitter Tunis.

L’acte de naissance de sa grand-mère l’innocente

Ayant conscience de la méprise, les autorités tunisiennes laissent toutefois Mahmoud Gharbi dormir chez lui dimanche soir. «Lundi matin, je suis allé voir le juge qui m’a dit qu’il recherchait une personne qui avait le même nom que moi, la même date de naissance et le même lieu de naissance, poursuit le pivot nantais. Cette personne était soupçonnée d’un meurtre commis en 2007 et était recherchée depuis 2012. J’ai dû ramener l’acte de naissance de ma grand-mère pour que cette histoire se termine.» Gharbi est finalement arrivé à Nantes lundi soir.