Le  Français Sébastien Ogier (Volkswagen) champion du monde WRC au terme de  la première spéciale du rallye de France, la Power Stage, le 3 octobre  2013 à Strasbourg.
Le Français Sébastien Ogier (Volkswagen) champion du monde WRC au terme de la première spéciale du rallye de France, la Power Stage, le 3 octobre 2013 à Strasbourg. — G. VARELA / 20 MINUTES

AUTO

WRC / Rallye de France: Ogier, le sacre de l'autre Sébastien

Le pilote français devient champion du monde et succède à Sébatien Loeb...

Le titre de champion du monde de Sébastien Ogier a été fêté par des grandes claques dans le dos dans le motorhome de l’équipe Volkswagen après le passage de Thierry Neuville dans la première spéciale du Rallye de France. Le Gapençais n’avait pas encore démarré que le Belge ne pouvait plus le priver du titre mondial car il ne pouvait plus remporter cette première spéciale dotée de points.

«C’est bizarre de débuter le rallye comme ça. Du coup sur la ligne de départ, j’ai commencé à trembler, à être stressé, sourit Sébastien Ogier. Mais je suis heureux de ressentir cette émotion car je suis quelqu’un qui ne la montre pas. Je pense toujours au moment suivant. Devenir champion du monde, je ne peux pas en vouloir plus, c’est un rêve qui devient réalité.» Au palmarès, le pilote de la marque allemande succède à Sébastien Loeb.

Un titre mérité, selon Loeb

L’Alsacien a manié l’humour pour évoquer le titre de son rival. Trouve-t-il que c’est un beau champion? «Je ne le trouve pas spécialement beau (sourire). Son titre est mérité en tout cas.» Sébastien Loeb se réjouit que ce soit fait. «Comme ça, on n’en parlera plus.» Désormais, la course reprend de son intérêt et lui, Ogier, Sordo et compagnie vont se battre pour la victoire sur les routes alsaciennes. Sébastien Ogier n’avait pas prévu de faire une grosse fête, jeudi soir, après son titre. «Il faut vite se reconcentrer pour la course. Le sentiment est bizarre. Je suis certain qu’on va la faire dimanche, je suis certain qu’on va rajouter une raison de plus de la faire.» Une victoire devant Sébastien Loeb en Alsace serait une belle cerise sur son gâteau de champion du monde.