Incidents à Rennes: Le Roazhon Celtic Kop se met en sommeil

FOOTBALL Ces ultras du Stade Rennais avaient pénétré sur la pelouse lors du match contre Nantes dimanche dernier...

Avec AFP

— 

Les joueurs de Nantes saluent leurs supporters après la victoire du FCN à Rennes (1-3), le 29 septembre 2013.
Les joueurs de Nantes saluent leurs supporters après la victoire du FCN à Rennes (1-3), le 29 septembre 2013. — DAMIEN MEYER / AFP

Le Roazhon Celtic Kop (RCK), principal groupe de supporteurs du Stade Rennais Football Club, a annoncé mercredi avoir «décidé de se mettre en sommeil provisoirement» à la suite des débordements engendrés par certains de ses membres dimanche lors du derby contre Nantes.

A l'occasion de la 8e journée de Ligue 1 (3-1 pour Nantes), certains membres du RCK avaient, avant le match, cassé des barrières et envahi la pelouse du stade de la Route de Lorient de Rennes pour aller défier les supporteurs nantais. Ceux-ci avaient déployé une banderole revendiquant à demi-mot le vol du tifo que le RCK comptait déployer pour ce derby, le premier entre les «frères ennemis» de l'Ouest depuis la saison 2008-2009. Des fumigènes avaient aussi été allumés dans la tribune Mordelles réservée au RCK.

«Les manquements organisationnels de sécurité normalement gérés par le club»

Le Stade Rennais, qui risque une forte amende voire une sanction d'un ou plusieurs matches à huis clos de la part de la Ligue de football professionnel (LFP), a annoncé mardi son intention de déposer des plaintes nominatives. «Le Roazhon Cetic Kop a donc décidé de se mettre en sommeil provisoirement pour procéder à sa propre remise en question et pouvoir appréhender au mieux les nombreux coups judiciaires que s'apprêtent à subir ses membres. Nous invitons les responsables de la racine du problème à en faire de même», écrit le RCK dans son communiqué.

Le groupe de supporteurs dit par ailleurs «assumer certains de ces débordements, tout en reconnaissant qu'ils n'étaient pas acceptables sur un terrain de football», et souligne «les manquements organisationnels de sécurité normalement gérés par le club».