Ligue 1/Lyon: Pour Rémi Garde «l’OL n’est pas non plus obligé de régaler sans arrêt»

A Lyon, Stéphane Marteau

— 

Rémi Garde, l'entraîneur de l'OL, le 28 septembre 2013 contre Lille.
Rémi Garde, l'entraîneur de l'OL, le 28 septembre 2013 contre Lille. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Les temps sont durs pour le public de Gerland, habitué pendant des années à se goinfrer de caviar et qui doit désormais se contenter d’infames bouillies. Comme celle que leur a servi samedi les joueurs de l’OL qu’ils ont raccompagné aux vestiaires sous les sifflets à l’issue de leur match nul concédé devant Lille (0-0). Auteurs d’une prestation affligeante sur le plan technique et dans l’animation offensive, les Lyonnais ont permis à Enyeama de passer une soirée tranquille, le portier lillois n’ayant eu à intervenir qu’à la 86e minute sur la seule frappe cadrée adverse, signée Gomis.

Grenier: «Je n’ai rien à dire, j’ai été nul»

Symbole de ce Lyon sans génie, Clément Grenier a traversé furax la zone mixte. «Je n’ai rien à dire, j’ai été nul», a-t-il lancé aux journalistes présents. Rémi Garde, lui, s’est montré indulgent avec ses joueurs qui n’ont remporté qu’un seul succès lors de leurs neuf dernières rencontres. «Je vois d’autres équipes qui se procurent deux occasions par match et qui gagnent 1-0 à la fin comme nous aurions pu le faire sur la frappe de Bafé. L’OL n’est pas non plus obligé de régaler sans arrêt. En ce moment, il manque pratiquement neuf joueurs. Chaque semaine, je fais débuter un jeune. Alors, il faut arrêter d’être exigeant là où on ne peut pas être exigeant.»

« Nous faisons le dos rond »

Maxime Gonalons pointent également du doigt le poids des absences. «Nous enchaînons beaucoup de matchs avec quasiment toujours les mêmes joueurs. Nous avons tous envie que les blessés reviennent pour que ce soit mieux. En attendant, nous faisons le dos rond et il était important au moins de ne pas perdre.» Une victoire aurait d’ailleurs été totalement imméritée. «Cela aurait été un hold-up», admet Gomis. Alors à défaut de voir le verre à moitié vide, les Lyonnais préfèrent le voir à moitié plein et se satisfont d’avoir préservé leur cage inviolée, trois jours après en avoir pris deux à Ajaccio (2-1). «C’est le point positif de la soirée», affirme Rémi Garde. «C’est encourageant pour la suite», renchérit le gardien Anthony Lopes. Pas sûr que le public de Gerland soit vraiment du même avis.