Ligue 1 / Lyon: «En ce moment, les adversaires ont beaucoup de réussite», estime Rémi Garde

Propos recueillis à Lyon par Stéphane Marteau

— 

Le défenseur de Lyon, Miguel Lopez, lors de la défaite 0-1 de l'OL face à Reims le 24 août 2013, au stade Gerland.
Le défenseur de Lyon, Miguel Lopez, lors de la défaite 0-1 de l'OL face à Reims le 24 août 2013, au stade Gerland. — J.PACHOUD/AFP

Quatre jours après avoir chuté devant la Real Sociedad (0-2) et sérieusement compromis ses chances de qualification pour la phase de poules de la Ligue des champions, l’OL a cédé samedi  son fauteuil de leader en concédant sa première défaite en championnat face au Stade de Reims (0-1).

Quel est votre sentiment après cette défaite ?

C’est très dur de repartir avec zéro point. Je pense qu’au minimum un match nul aurait reflété la physionomie du match. Nous n’avons pas très bien débuté la rencontre. En première période, nous n’avons pas développé notre football et avons bafoué quelques principes importants à la récupération du ballon et dans nos mouvements. En deuxième période, nous avons très bien corrigé le tir. Il n’y a pas eu photo entre les deux équipes. Mais il nous a manqué un brin de réussite alors que sur une de leurs seules frappes, il marquent. En ce moment, les adversaires ont beaucoup de réussite sur leurs frappes de loin. Il y a des période comme ça… Il faut faire le dos rond, travailler et les jours meilleurs vont revenir.

Considérez-vous le penalty manqué par Clément Grenier comme le tournant du match ?

Oui, c’est le tournant. Quand dans notre temps fort on arrive à avoir cette occasion, on pense qu’on a fait le plus dur. Voilà, ça arrive... Maintenant, il faut se remettre au boulot et s’appuyer sur ce que nous avons bien fait ce soir. Car je veux aussi retenir toutes ces occasions que nous nous sommes procurés face à une équipe compliquée à bouger qui concède rarement autant d’occasions comme ce fut le cas en deuxième période.

Etes-vous inquiet pour la suite ?

Nos deux dernières défaites sont très frustrantes et embêtantes. Mais il faut se rappeler aussi de toutes les bonnes choses qui ont été faites depuis le début de la saison par cette équipe un peu jeune. Maintenant, il va falloir qu’on mûrisse et qu’on grandisse très vite parce que le train avance et il ne faudra pas prendre de retard. Néanmoins, nous avons six points après trois journées. Nous ne serions pas mécontents si nous arrivions à conserver cette moyenne toute la saison.

Comment expliquez-vous la mauvaise entame de match de votre équipe ?

Il y avait la volonté de ne pas courir partout en début de match. Il ne faut pas oublier que nous avions joué en Coupe d’Europe dans la semaine. Il faut gérer ces successions de matchs. C’est pour ça qu’aujourd’hui j’avais essayé de faire tourner et de laisser certains au repos. Ce qui est important, c’est d’avoir su rebondir en deuxième période et d’avoir pris le contrôle du jeu, sans être en réaction complète puisque nous étions encore à 0-0. Et ça c’est positif.