Roger Federer l'a échappé belle

©2006 20 minutes

— 

Pour la douzième fois en treize confrontations, Andy Roddick a baissé pavillon face à Roger Federer, hier à Shanghai. Vainqueur en trois sets (4-6, 7-6, 6-4), le nº 1 mondial a dû sauver trois balles de match dans le jeu décisif de la deuxième manche, démontrant une nouvelle fois son aptitude à élever son niveau lorsque il est sous pression. Ce qui est moins le cas de son rival américain. A 8 points à 9, Roddick tentait un smash bondissant à la Pete Sampras (ou à la Yannick Noah), mais envoyait sa balle directement dans les bâches. Federer n'en demandait pas tant et réussissait le break décisif au troisième jeu de la dernière manche, avant de tenir tant bien que mal son propre service. Un ultime ace offrait à Federer une quatorzième victoire consécutive en phase de poule de la Masters Cup. Le Suisse n'est pourtant pas encore qualifié pour les demi-finales, David Nalbandian ayant, trois heures plus tard, chuté face à Ivan Ljubicic (5-7, 7-6, 7-5).

« C'est difficile de contrôler les événements lorsqu'Andy sert aussi bien qu'il l'a fait dans les deux premiers sets, analysait Roger Federer, premier joueur à dépasser la barre des 7 millions de dollars de gains en une saison. Je peux dire que j'ai eu de la chance. Il s'en est fallu de très peu pour qu'il l'emporte. » Andy Roddick pouvait quant à lui regretter d'avoir laissé passer sa chance face à sa bête noire. « Je me suis mis en position de gagner, c'est décevant, maugréait le protégé de Jimmy Connors. Mais je me souviens où j'en étais il y a quatre ou cinq mois. J'ai vraiment progressé. » L'Américain pourrait néanmoins avoir droit à une ultime revanche contre Federer cette saison. Il faudra pour cela que les deux hommes atteignent la finale à Shanghai.

Sébastien Bordas