PSG: «Cavani, c’est tout sauf un ego» estime Pablo Correa

Propos recueillis par David Phelippeau, à Nantes
— 
Edinson Cavani, le nouvel attaquant du PSG, lors d'un match de l'Uruguay au brésil, le 30 juin 2013.
Edinson Cavani, le nouvel attaquant du PSG, lors d'un match de l'Uruguay au brésil, le 30 juin 2013. — AFP PHOTO / VINCENZO PINTO

C’est la première recrue du PSG cet été, et ce n’est pas n’importe qui. L’international Uruguayen Edinson Cavani passe lundi sa visite médicale avant de parapher son contrat avec le club parisien. Moins connu que Zlatan Ibrahimovic, l’ancien napolitain est un profil à part. Décryptage avec Pablo Correa, ancien entraîneur de Nancy et compatriote de la nouvelle star de l’attaque parisienne.

Quel est le profil de l’attaquant qu’est Edinson Cavani?

C’est un joueur, ou en tout cas, un profil que Paris n’a pas. Il a rapidement montré en arrivant en Italie qu’il était un vrai buteur. Il fait beaucoup travailler les défenses. C’est un attaquant de rupture. Il a besoin d’espaces pour s’exprimer. Il a un vrai instinct de tueur. Dans la surface, il ne voit que le but. Il a passé toutes les étapes très tranquillement en Italie (Palerme et Naples). Celle qu’il va franchir à Paris va l’amener vers un club encore plus important, j’en suis sûr.

Selon vous, est-il complémentaire de Ibrahimovic?

Oui, parce que c’est un joueur qui a besoin d’espaces. Il n’aime  pas être cantonné à rester devant comme le fait Ibrahimovic. Cavani peut être au début de l’action mais surtout à la fin. Ce sont deux joueurs différents. Je ne les vois pas se marcher sur les pieds. Ibrahimovic est capable de se procurer les occasions tout seul, Cavani a besoin des autres pour s’exprimer. En tout cas, pour les défenses de L1, ça va être terriblement difficile de se concentrer sur les deux en même temps.

Peut-il s’intégrer rapidement au championnat français?

Le championnat français est paradoxal. C’est moins fort techniquement que d’autres championnats mais très dur car très physique… Il va falloir qu’il s’habitue aussi à une autre langue, au fait qu’il y aura moins de passion autour du football qu’à Naples. Mais je ne fais pas de souci pour lui. Il est très mature, très intelligent. Il s’est habitué très jeune (20 ans à Palerme) à la vie européenne. Il va falloir qu’il supporte enfin d’être jugé par rapport au prix qu’il a coûté (64 millions d’euros) alors qu’il n’y est pour rien.

Vaut-il vraiment 64 millions d’euros?

Et pourquoi pas 100? Pourquoi pas 30? S’il marque beaucoup et que Paris obtient ce qu’il veut à la fin, on dira qu’il les vaut. S’il fait une saison moyenne, on dira qu’il ne les valait pas. En 2010, il a été acheté 17 millions d’euros par Naples. Les gens étaient étonnés déjà à l’époque. C’était beaucoup aussi. Au final, il a marqué des buts  et il a envoyé presque à lui tout seul Naples en Ligue des champions. Mais c’est vrai que cette somme de 64 millions d’euros, ça va être une pression supplémentaire sur ses épaules.

Peut-on craindre une guerre d’égo entre lui et Ibrahimovic par exemple?

Je ne crois pas. Je connais peu Ibra. En revanche, Cavani va se fondre dans l’équipe. Lui, c’est tout sauf un ego. Il sera intégré très vite. Je peux vous assurer qu’avec lui il n’y aura pas de guerre avec d’autres joueurs. Il a toujours vécu sans vague à Naples. C’est un joueur qui a une vie assez calme.