Contre l'AS Monaco,«la LFP a pris une position et le Conseil d'Etat ne nous a pas donné tort», selon Frédéric Thiriez

FOOTBALL Mais le bras de fer continue entre l'AS Monaco et la LFP...

Avec AFP

— 

Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel, arrive le 14 mai 2013  au  ministère de l'Intérieur pour assister à une  réunion présidée par  Manuel Valls suite aux débordements lors du  rassemblement de victoire du  PSG sur le Trocadéro et les Champs  Élysées.
Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel, arrive le 14 mai 2013 au ministère de l'Intérieur pour assister à une réunion présidée par Manuel Valls suite aux débordements lors du rassemblement de victoire du PSG sur le Trocadéro et les Champs Élysées. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le président de la Ligue de football professionnel Frédéric Thiriez s'est félicité mercredi que le Conseil d'Etat ait «plutôt donné raison» à la LFP dans le conflit qui l'oppose à Monaco. «La LFP a pris une position et le Conseil d'Etat ne nous a pas donné tort. Il nous a même plutôt donné raison. Pour la suite, on verra bien», a déclaré M. Thiriez en marge de la présentation à Paris du logo de l'Euro-2016.

Vendredi, le Conseil d'Etat a rejeté en référé la demande de suspension introduite par Monaco, qui conteste une décision de la Ligue obligeant toute équipe évoluant dans un championnat professionnel français à avoir son siège en France à partir de juin 2014. Cette décision, si elle était maintenue, mettrait fin aux actuels avantages fiscaux du club de la Principauté. Une décision sur le fond sera rendue dans les prochains mois.

«Tout le monde est extrêmement content en L1 de la montée de Monaco»

«Tout le monde est extrêmement content en L1 de la montée de Monaco. C'est une très bonne nouvelle pour la L1, les audiences télé et les affluences. Ceci dit, on ne peut pas nier qu'il y a un problème d'équité. L'avantage fiscal de Monaco, cela représente environ 50 millions d'euros, soit environ le budget de Montpellier», a déclaré le président de la Ligue.

«Je respecte énormément M. Rybolovlev et je comprends son point de vue. Son investissement à Monaco est durable, ce n'est pas un feu de paille. Je ferai tout pour qu'il ne soit pas découragé», a-t-il ensuite dit, en réponse à une question sur le risque de voir le président russe de l'ASM quitter le club en cas de maintien de la décision de la Ligue.

De son côté, le président de Lyon Jean-Michel Aulas a donné un avis un peu différent, estimant que Monaco était «indispensable au foot français sur le plan économique». «Nous avons tout à gagner à avoir un Monaco qui investit beaucoup. Il faut que Paris, Monaco et quelques autres soient de gros investisseurs», a ajouté le patron de l'OL.