Coupe des Confédérations: La crise des primes du Nigéria toujours pas réglée

FOOTBALL Les Super Eagles continuent de discuter avec leur fédération...

Avec AFP

— 

Stephen Keshi, le sélectionneur du Nigeria, le 6 juin 2013, à belo Horizonte.
Stephen Keshi, le sélectionneur du Nigeria, le 6 juin 2013, à belo Horizonte. — EITAN ABRAMOVICH / AFP

Le désaccord entre les joueurs de l'équipe du Nigeria et leur fédération nationale de football (NFF) autour des primes, qui avait retardé l'arrivée des Super Eagles à la Coupe des Confédérations au Brésil, n'a toujours pas été résolu, a déclaré dimanche soir Vincent Enyeama, le capitaine de la sélection. «Rien n'est réglé, mais nous sommes allés de l'avant et tout va bien, a dit le gardien en conférence de presse. Nous acceptons les critiques, nous sommes responsables de nos actes et nous restons groupés».

«Pour l'instant, cette histoire est derrière nous, a-t-il aussi avancé. Nous sommes des professionnels. Nous ne voulons plus en parler et perdre de l'énergie sur ce genre de choses. Après la compétition, nous nous pencherons de nouveau sur la question, mais pas pour l'instant». Les champions d'Afrique, qui devaient initialement arriver jeudi au Brésil, y ont finalement atterri dans la nuit de samedi à dimanche, à 36 heures seulement de leur entrée en lice dans le tournoi, lundi contre Tahiti à Belo Horizonte.

Les joueurs étaient mécontents de la prime proposée par la NFF, d'un montant de 2.500 dollars (1.873 euros) chacun, à la suite du nul concédé face à la Namibie (1-1) en qualifications pour le Mondial-2014. Le ministre des Sports nigérian Mallam Bolaji Abdullahi avait obtenu une trêve et les joueurs étaient partis de la capitale namibienne, Windhoek, à destination de Belo Horizonte (sud-est du Brésil), via Johannesburg et Sao Paulo.