Roland-Garros 2013: Contre Wawrinka, Richard Gasquet «s'est vu gagnant»

TENNIS Le Français s’est incliné en cinq manches face au Suisse, en 8e de finale de Roland-Garros...

Antoine Maes, à Roland-Garros

— 

Richard Gasquet contre Stan Wawrinka lors du tournois de tennis de Roland Garros le 3 juin 2013.
Richard Gasquet contre Stan Wawrinka lors du tournois de tennis de Roland Garros le 3 juin 2013. — A. GELEBART / 20 MINUTES

«J’ai plus mal au moral que mal aux jambes. Et pourtant j’ai mal aux jambes…» Après cinq sets d’un combat dantesque contre Stanislas Wawrinka (7-6, 6-4, 4-6, 5-7, 6-8), Richard Gasquet est touché. Touché par la défaite bien sûr, mais surtout par l’étroitesse de cette dernière, lui qui se voyait passer pour la première fois en quart-de-finale à Roland-Garros. «Plusieurs fois, je me suis vu gagnant», souffle le Français.

>> Un match à revivre en live comme-à-la-maison par ici

Sur le Lenglen, le Gasquet nouveau devait arriver. Après avoir mené deux manches à rien, c’était quasiment le cas. «C’est difficile parce que…pfff… parce que tu perds quoi! J’ai fait ce que j’ai pu, je ne peux pas faire plus. Est-ce que je suis maudit? Oh il y a des mecs plus maudit que moi. Je peux pas plus donner que ce que j’ai donné aujourd’hui, je ne peux pas me flageller plus que ça. Je suis au maximum d’entraînement. Ce match n’était simplement pas pour moi.»

«Je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières»

Au moins, le Biterrois a établi un contact fort avec le public français, ce qui n’est pas arrivé si souvent dans sa carrière. «A Roland-Garros, il me manque des gros matchs. Je sentais le besoin du public, qu’il soit derrière moi et qu’il lui mette la pression, mais il n’a pas trop faibli. Le public était fabuleux, j’ai eu des sensations énormes», lâche Gasquet.

Une bonne base de départ, d’autant que ce revers-là ne devrait pas laisser d’immenses blessures dans la tête de Richard Gasquet. «Je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières mais j’ai eu des choses plus dures que de perdre un match au 5e à Roland-Garros. Et surtout ça en laisse moins que de perdre en trois petits sets». Mais ça fait beaucoup plus mal aux jambes.