Roland-Garros 2013: Gilles Simon pousse Roger Federer à bout

A Roland-Garros, Romain Baheux

— 

Gilles Simon après sa défaite en 8e de finale de Roland-Garros, le 2 juin 2013.
Gilles Simon après sa défaite en 8e de finale de Roland-Garros, le 2 juin 2013. — MARTIN BUREAU / AFP

Ca n’aurait pas été un titre mais cette ligne sur son CV, Gilles Simon n’aurait pas craché dessus. Dimanche, le Français n’a pas juste manqué l’occasion de faire tomber Roger Federer à Roland-Garros (1-6, 6-4, 6-2, 2-6, 3-6), il a surtout touché du bout des doigts l’opportunité de devenir le premier joueur à sortir le Suisse avant les quarts de finale d’un Grand Chelem depuis 2004 et sa défaite contre Gustavo Kuerten à… Roland-Garros. 

Pour son entraîneur, «Gilles avait le jeu pour le battre» 

L’ovation du Central pour un Simon presque penaud d’avoir raté de peu l’exploit a été à la mesure de l’incroyable rencontre du Niçois. Pendant deux sets, il a tourmenté la légende vivante du circuit. Offensif et audacieux, le Français a laissé Federer se remettre dans la rencontre dans la quatrième manche d’un match qu’il n’a plus lâché ensuite, expérience de ce genre de situations oblige. «Gilles avait le jeu pour le battre, il n’était pas si loin même dans le dernier set où il a des balles pour revenir, souligne Jan de Witt, l’entraîneur du Français. C’est comme ça avec les grands joueurs, on les tient, puis on ne les tient plus, puis on les reprend mais on n’arrive jamais vraiment à les contrôler.» 

Revivez Simon-Federer en live comme-à-la-maison

Après une première semaine compliquée où ses matchs ont souvent été éclipsés par les exploits d’un Monfils et la puissance d’un Tsonga, qu’il aurait pu retrouver en quart de finale, Gilles Simon a failli entrer avec fracas dans le grand huit de Roland-Garros pour la première fois de sa carrière. Sur ce qu’il a montré contre Federer, le Français a sans doute les moyens d’y faire un jour son apparition.