Fête gâchée du PSG: «Nous avions un dispositif très conséquent», assure la préfecture de police

A.M. (avec AFP)

— 

Le public parisien attendait les joueurs du PSG pour la remise du   trophée de champion de France mais la fête rapidement dégénéré dans le   quartier des Champs-Élysées à Paris, le 13 mai 2013.
Le public parisien attendait les joueurs du PSG pour la remise du trophée de champion de France mais la fête rapidement dégénéré dans le quartier des Champs-Élysées à Paris, le 13 mai 2013. — P.-M. TALBOT / 20 MINUTES

La préfecture de police de Paris a défendu lundi soir le dispositif de sécurité mis en place pour la remise du trophée de champion de France au Paris SG, après les incidents ayant gâché la cérémonie qui ont entraîné quelques interpellations. «Nous sommes en soutien de l'organisateur et nous avions un dispositif très conséquent de sept unités mobiles», soit 490 CRS et gendarmes mobiles, «sans compter les forces de police locales», a déclaré une source à la préfecture de police de Paris (PP).

«Les incidents de ce genre se produisent souvent avec le PSG»

Le club avait également déployé des stewards, qui ont dû évacuer l'estrade prévue pour la presse quand elle a été envahie par la foule. «Les incidents de ce genre se produisent souvent avec le PSG, car le passé du club ne joue pas en sa faveur, assure une source de la PP à 20 Minutes. Cet élément avait évidemment été pris en compte par nos services, maintenant, est ce que l’on pouvait se douter que la réaction de certains hooligans allait être si violente, je ne peux pas le dire. Ce qui est sûr, c’est que nous adaptons nos dispositifs de sécurité au fur et à mesure».

Ce n'est pas l'avis au syndicat de police Alliance, qui pointe du la Préfecture de Police. «La manifestation a été sous-estimée, assure Fabien Vanhelmeriyck, secrétaire national du syndicat. Les services de la PP ont sous-estimé l'évènement. Les interdits de stade sont pourtant suivis, on les connait».

Ulcérés, plusieurs riverains ont pointé du doigt le manque d’effectif des forces de l’ordre, qui n’auraient pas assez nombreuses pour sécuriser la zone. Vers 20h20, le public s'était massivement dispersé, en direction notamment de la Seine où les joueurs doivent monter sur un bateau pour la soirée. Néanmoins, «un groupe de 400 à 500 personnes, sans doute des supporters ultra, harcèle toujours les forces de l'ordre près du podium. Et un autre groupe, de 100 à 200 personnes, bloque en partie la circulation sur les Champs Elysées en marchant sur la chaussée», ajoute la PP.

>> Plus d'infos à venir