François Trinh-Duc: «J’ai vécu un Tournoi compliqué»

Propos recueillis au Stade de France par Romain Baheux

— 

François Trinh-Duc n'a débuté qu'un seul match titulaire, contre l'Angleterre, dans le Tournoi des VI Nations 2013.
François Trinh-Duc n'a débuté qu'un seul match titulaire, contre l'Angleterre, dans le Tournoi des VI Nations 2013. — ADRIAN DENNIS / AFP

Cette fois, il a quitté le banc de touche. Consigné dans son rôle de remplaçant contre l’Irlande (13-13) il y a une semaine, François Trinh-Duc a pu retourner sur le terrain pour remplacer Frédéric Michalak, blessé à l’épaule. Le demi d’ouverture revient sur son Tournoi, que les Bleus ont bouclé à la dernière place malgré la victoire (23-16) contre l’Ecosse samedi soir.

Cette victoire est-elle particulière?
C’est un soulagement, on finit sur une victoire que l’on attendait tant. On a cru en nos intentions et on a réussi à garder le ballon dans nos mains, ce qu’il fallait faire contre ces Ecossais. On a vu qu’on pouvait marquer et on l’a fait deux fois.
 
La dernière place fait-elle mal?
Oui, forcément. On est un groupe jeune, on construit pour l’avenir et c’est important de finir sur une  bonne note. On est quand même loin de se contenter de cette place. On savait qu’il fallait marquer dix-sept points de plus que l’Ecosse pour éviter de finir dernier mais la priorité restait de gagner le match.
 
Quelle leçon tirez-vous de ce Tournoi?
Que la vérité du mois de novembre (la France avait remporté ses trois test-matchs) n’est pas celle de février. On est des sportifs de haut niveau, il faut se remettre en question individuellement et collectivement. On s’est recentré sur des choses plus simples, plus efficaces. Il y a encore du boulot mais ces résultats nous mettent devant le fait accompli. On avait un projet de jeu mais il faut être plus combatif et plus vaillant.
 
L’inexpérience du groupe a-t-elle pesé?
C’est une équipe jeune avec beaucoup de nouveaux éléments. C’est très bien pour l’avenir et les difficultés nous font grandir tous ensemble. J’espère que ça sera de bon augure pour la suite.
 
Personnellement, comment avez-vous vécu ce Tournoi?
C’était un Tournoi compliqué, avec une seule titularisation. Ca a été rude. Contre l’Irlande (il est resté sur le banc), j’étais frustré. Le sélectionneur m’a dit que c’était compliqué de me faire entrer vu le score et la météo. J’ai essayé de me mettre au service du collectif et d’être un bon partenaire. J’ai essayé de ne pas mettre de mauvaise humeur. Mon rôle est difficile mais j’ai tenté de tirer les autres vers le haut.