PSG: Zlatan Ibrahimovic s'en prend aux supporters parisiens

FOOTBALL L'attaquant parisien a remis les supporters à leur place après son doublé face à Nancy. mais il ne devrait pas quitter le PSG à l'intersaison...

R.S.

— 

L'attaquant du PSG, Zlatan Ibrahimovic, lors d'un match de L1 contre Nancy, le 9 mars 2013.
L'attaquant du PSG, Zlatan Ibrahimovic, lors d'un match de L1 contre Nancy, le 9 mars 2013. — REUTERS

Quand il s’agit de prendre un peu de lumière, de flatter son égo ou de rappeler à tout le monde qu’il n’y a qu’un seul Zlatan sur Terre, l’attaquant du PSG est prêt à se mettre à dos beaucoup de monde. A la sortie du Parc des Princes samedi soir, le Suédois a répondu aux sifflets des supporters parisiens, en balayant d’une petite phrase quarante-trois ans d’histoire du PSG: «Ils (les supporters) en demandent beaucoup. C'est étrange, vu ce qu’ils avaient par le passé. Parce qu’avant, ils n’avaient rien», avance le Parisien, qui ne doit pas avoir fait la connaissance de Susic, Dahleb, Weah, Ginola, Ronaldinho ou Pauleta.

En attendant, sa remarque traduit l’agacement d’un joueur ciblé par les critiques quand son équipe peine à produire du jeu contre des adversaires moins bien classés. «J’ai joué dans beaucoup de clubs, j’ai gagné des titres partout mais remporter ce genre de match n’a jamais été simple (…) On veut toujours gagner tout en jouant bien, mais ce n’est pas évident.» Avec un nouveau doublé contre Nancy, il a pourtant le droit de cancaner. Auteur de 24 buts en 24 titularisations en Ligue 1, il reste dans les temps de passages de Carlos Bianchi, le meilleur buteur de l’histoire de Paris sur une saison (37 buts). A dix journées de la fin, il devrait aussi avaler Jean-Pierre Papin, dernier buteur avoir passé la barre des trente buts. A condition que rien n’entrave sa marche en avant.

Depuis plusieurs semaines, Zlatan semble plus impatient et énervé qu’en début de saison. Son expulsion à Valence, ses prises de becs avec l’arbitre du match de Sochaux ou avec Joey Barton indiquent que «Big nose» n’est pas dans sa période la plus sereine de la saison. La presse italienne évoque d’ailleurs ses états d’âmes quand il s’agit de justifier un éventuel transfert à la Juve, dès cet été pour 12 millions d’euros. Ibra ne serait pas heureux en France, «un pays qui ne vit pas le football comme il l’entend, c'est-à-dire comme une religion», indique la Gazzetta. L’agent du joueur a bien tenté de calmer le jeu, cette semaine: «Il est vrai que j’étais à Turin, mais pas pour Ibra. Il a signé un contrat de deux ans à Paris et il y restera.» Même si les noms de Rooney ou Ronaldo sont régulièrement cités du côté du PSG, il devrait donc y avoir un an II sous Zlatan. Plus qu’une page, le début d’un chapitre de l’histoire du PSG.