Losc: Un accident prévisible?

LIGUE DES CHAMPIONS Balayé mercredi à domicile par le BATE Borisov, le Losc vit un début de saison très compliqué...

A Lille, François Launay

— 

Les joueurs lillois énervés pendant la rencontre face au Bate Borisov, le 19 septembre 2012, au Grand Stade du Losc.  
Les joueurs lillois énervés pendant la rencontre face au Bate Borisov, le 19 septembre 2012, au Grand Stade du Losc.   — Michel Spingler/AP/SIPA

«C’est trop gros pour être vrai». Sonné après la déroute inattendue du Losc à domicile face à Borisov, Rudi Garcia, l’entraîneur nordiste, n’a pas hésité à développer la thèse de l’accident. Une sortie de route qui n’est pourtant pas si étonnante que ça. Car depuis le début de saison, Lille n’a jamais montré de signes rassurants. Mal parti en championnat (une victoire en cinq matchs), le club nordiste avait eu aussi toutes les peines du monde à se défaire des Danois de Copenhague (0-1, 2-0 (a.p)) pour décrocher son ticket en Ligue des champions. Le naufrage face aux Biélorusses apparaît comme le point d’orgue des insuffisances lilloises constatées depuis un mois.

« Il va falloir rester soudé»
 
«On a manqué d’agressivité, d’envie et d’engagement. On s’est fait trimballer en première mi-temps. C’est étonnant parce qu’on est en Ligue des champions et tu dois répondre présent», regrette Rio Mavuba, le capitaine lillois. Avant d‘en appeler au réveil général. «On est tous dans le même bateau. Il faut qu’on se remette tous en question individuellement. On ne va pas pointer un secteur en particulier. On parle de notre attaque mais on prend aussi beaucoup de buts. Maintenant, Il va falloir rester soudé. C’est bien de dire que le groupe va bien, qu’on accueille bien les nouveaux mais c’est dans ces moments difficile qu’on va voir comment le groupe va réagir», poursuit le milieu de terrain nordiste.
 
Revivez Lille - Bate Borisov (1-3) en live comme-à-la-maison
 
Une équipe ordinaire
 
Remanié à l’intersaison après le départ à Chelsea d’Eden Hazard, son homme à tout faire, le Losc est en grand chantier. Offensivement, les arrivées de Martin et Kalou sont pour l’instant un échec. Souvent préféré à Nolan Roux  à la pointe de l’attaque, De Melo n’apporte pas de profondeur et ne fait aucune différence dans le jeu. Lille , qui a  perdu en deux ans des joueurs comme Cabaye, Gervinho, Sow et donc Hazard, s’est considérablement affaibli. Au point d’être presque devenu une équipe ordinaire.
 
«On est dans l'urgence»
 
«Nous devrons nous poser les bonnes questions sans tomber dans le catastrophisme car cela peu paraître inquiétant», lâche Rudi Garcia. Mal parti en championnat, très mal embarqué en Ligue des champions après cette défaite face à la supposée équipe la plus faible du groupe, le Losc tangue. Le mot crise n’est pas encore lâché mais il faudra vite réagir dimanche en championnat contre Lyon pour ne pas perdre pied. «On est dans l’urgence. Il y a obligation de résultat contre Lyon», conclut un Rio Mavuba abattu comme tous ses coéquipiers après cette grosse claque biélorusse.