Le Géoportail vu par le GéoRézo

— 

 Affluence collatérale. Le GéoRézo, site de référence sur les SIG (Systèmes d’information géographique), a vu sa fréquentation faire un bond à la suite de la saturation du Géoportail, multipliant son nombre de visiteurs par dix, de 2000 à 21 000 par jour en moyenne. C’est sur ce site que les géomaticiens (spécialiste de la géographie et de son traitement informatique) se sont échangés impressions, informations… et critiques.
Frédéric Pouget, 34 ans, géomaticien, co-fondateur et président de GéoRézo, nous donne son avis sur le Géoportail, sa conception et son lancement
« C’est un site plutôt agréable, même s’il manque de fluidité. L’exhaustivité du territoire, en particulier la couverture des Dom-Tom est appréciable. Après, en milieu urbain, Google Earth est plus précis. En termes d’interface, en revanche, il a six mois de retard par rapport à ce qui se fait actuellement. Mais bon, il va évoluer, et il faudra voir la suite. J’attends beaucoup de la 3D, par exemple. Je constate aussi que l’IGN a considérablement allégé ses pages, notamment en enlevant certains javascript compliqués, qui alourdissaient considérablement l’ensemble. Concernant le lancement, on s’est un peu moqué entre spécialistes de ce raté. On savait aussi par des bruits de couloirs, que le site était sous-dimensionné. Il est vrai que l’IGN communiquait depuis des mois là-dessus, alors l’attente était forte. Le problème tient au fait que l’IGN est un organisme public, mais qu’il doit également se financer, et a donc communiqué sur le Géoportail pour vendre ses services. On ne lui en fait pas grief, mais ce statut hybride a compliqué la situation ».

Recueilli par Anne Kerloc’h