Sergey Brin aperçu à un dîner portant les lunettes Google

HIGH-TECH Avec un prototype a priori déjà en partie fonctionnel...

P.B.

— 

Le cofondateur de Google, Sergey Brin, portant un prototype de smart-lunettes du Project Glass, le 5 avril 2012.
Le cofondateur de Google, Sergey Brin, portant un prototype de smart-lunettes du Project Glass, le 5 avril 2012. — THOMAS HAWK - www.flickr.com/photos/thomashawk/

Ça se précise un peu du côté du Project Glass de Google, dévoilé mercredi. Lors d'un dîner de charité, jeudi soir, le cofondateur de Google, Sergey Brin, a été aperçu portant un prototype similaire aux designs présentés la veille. Le gourou tech Robert Scoble et le photographe Thomas Hawk ont immortalisé l'instant et The Verge a obtenu quelques détails supplémentaires auprès de Brin.

Mercredi, certains se demandaient si les photos montrées par Google n'étaient pas qu'une piste de design futur. Mais même s'il ne s'agit que d'un prototype (parmi de nombreux autres testés par Google), il semble bien que les lunettes portées par Brin étaient en partie fonctionnelles. «Je pouvais voir qu'elles lui envoyaient des infos, avec un flash bleuté à la droite de son oeil», écrit Scoble.

Pour ceux qui ont raté la présentation, le Project Glass est un projet de «smart lunettes» de Google, qui peuvent afficher des informations sur un petit écran transparent.

Un modèle commercial pas pour tout de suite

Selon un journaliste du site The Verge, présent au dîner, Brin a refusé de préciser si les lunettes fonctionnaient seules ou si elles avaient besoin d'un périphérique satellite (qui s'occuperait des calculs et de la connexion à Internet).

Brin a toutefois précisé que les lunettes devraient être testées par les autorités de régulations afin de vérifier que les ondes émises –très près du cerveau– étaient dans les normes. Un modèle sera-t-il vendu d'ici la fin de l'année? «Donnez-nous du temps», a-t-il répondu.

Dans cette vidéo concept, Google précise bien qu'il s'agit de brosser la vision possible «un jour». On ne sait pas à quel point l'entreprise a avancé sur l'interface. Mais l'équipe de Google [X] (le labo en charge des projets futuristes du groupe) rassemble une belle dream-team: Sergey Brin, très impliqué, le directeur du département d'intelligence artificielle de Stanford, Sebastian Thrun, qui travaille déjà sur la voiture autonome de Google, Steve Lee, de Google Map, pour toute la partie géolocalisation, et Babak Parviz, spécialiste des nanotechnologies, qui a publié un papier sur la vision augmentée par des lentilles de contact.