Fixe et mobile vont bientôt faire ligne commune

©2006 20 minutes

— 

barcelone (espagne) De notre envoyé spécial Avec près d'un millier d'exposants et plus de 50 000 visiteurs, le 3GSM World Congress est plus que jamais le rendez-vous de l'industrie de la téléphonie mobile.

Devant l'ampleur de l'événement, l'édition 2006, qui ferme ses portes aujourd'hui, a déserté Cannes pour Barcelone.

Où le futur du mobile s'est dessiné.

n Mobile et fixe fusionnent Dorénavant, un seul combiné suffira pour passer ses coups de fil, que l'on soit chez soi sur son sofa ou en vadrouille à l'extérieur.

Une alchimie high-tech bientôt possible grâce à l'Unlicensed Mobile Access (UMA).

A l'extérieur, un téléphone UMA se connecte au réseau GSM/GPRS comme un mobile conventionnel.

Une fois à domicile, il bascule automatiquement sur la connexion Wi-Fi de la maison sans couper la communication en cours.

Côté facturation, les opérateurs promettent une tarification plus que raisonnable pour les appels passés chez soi.

Premier à se jeter dans l'UMA, France Télécom via Orange et la LiveBox de Wanadoo avec le service Homezone, dont le lancement est prévu avant la fin de l'année.

Nokia répond aussi présent avec le 6136, premier téléphone UMA présenté.

Par ailleurs, Skype et l'opérateur mobile Hutchison 3 ont annoncé le lancement au cours du second semestre d'une offre 3G permettant d'appeler gratuitement depuis son mobile, ou pour un coût très faible.

En Europe, seuls la Suède, l'Autriche, l'Italie et le Royaume-Uni sont concernés.

Rien n'est annoncé pour la France, Hutchison 3 n'y étant pas implanté.

n La 3G passe à la vitesse supérieure Considérée comme un succès par les opérateurs européens, l'UMTS, alias 3G, devrait évoluer en HSDPA.

Evolution logicielle ne nécessitant pas la mise en place d'un nouveau réseau, cette norme portera le débit théorique d'une connexion à 1,3 Mbps, proche de celle d'une connexion Web ADSL.

Même si certains opérateurs ont mis au point plusieurs terminaux HSDPA, les utilisateurs peuvent encore patienter, la mise à jour des réseaux des opérateurs risquant de n'être effective que d'ici douze à dix-huit mois.

n La télévision passe au mobile, qu'il s'agisse de vidéo à la demande, de bouquets de chaînes sur réseau 3G ou EDGE (évolution du GSM/GPRS) ou de télé numérique de poche.

Tous les constructeurs de mobiles y vont de leur terminal : écran géant chez Panasonic et Sony Ericsson ou pivotant chez LG et Samsung.

Reste aux opérateurs à définir les formats d'émission convenant à cette mini-télé (impensable de regarder un long métrage, par exemple) et surtout une tarification attractive.

Marc Mitrani .