Un brevet accordé à Apple pour empêcher d'envoyer des «sextos» et des gros mots

SOCIETE Cela devrait permettre à Apple de renforcer ses solutions de contrôle parental...

P.B.

— 

L'application Hottest Girls, retirée de l'iPhone par Apple
L'application Hottest Girls, retirée de l'iPhone par Apple — Montage/DR

Après le porno dans l'app store, Apple va-t-il déclarer la guerre aux «sextos»? Mardi, un brevet déposé en 2008 a en effet été accordé à l'entreprise. Il porte sur un moyen de filtrage qui peut potentiellement empêcher des SMS cochons d'être échangés.

Le background du brevet «Text-based communication control for personal communication device» («Contrôle de la communication par SMS pour les appareils personnels de communication») décrit comment «des enfants peuvent recevoir, intentionnellement ou pas, des messages contenant du vocabulaire inapproprié».

Apple propose une solution de filtrage qui peut s'adapter à différents critères choisis par les parents. La technologie peut aller de la simple censure de mots interdits jusqu'à forcer l'ado à réécrire son message en respectant une orthographe et grammaire correctes. Aucune mention n'est faite de l'envoi d'images.

Très prisé par Tiger Woods, l'envoi de «sextos» se généraliserait chez les plus jeunes. Selon une étude, 30% des 15-24 ans ont envoyé ou reçu un tel message aux Etats-Unis.

Il est cependant peu problable que la solution d'Apple soit vraiment efficace. Au pire, elle poussera simplement les ados à faire preuve d'inventivité, à l'image des lettres de George Sand et d'Alfred de Musset.