20 Minutes : Actualités et infos en direct
mise en gardeGare à l’arnaque à l’écran noir qui a déjà fait des milliers de victimes

Gare à l’arnaque à l’écran noir, grâce à laquelle des escrocs ont soutiré des millions d’euros dans toute l’Europe

mise en gardeLes malfaiteurs essayent de convaincre leurs victimes d’acheter pour 300 euros d’antivirus
Les escrocs se font passer pour des réparateurs et prennent la main sur l'ordinateur de leurs victimes.
Les escrocs se font passer pour des réparateurs et prennent la main sur l'ordinateur de leurs victimes. - StockSnap / Pixabay / Pixabay
20 Minutes avec agence

20 Minutes avec agence

Une nouvelle arnaque mise au jour par les enquêteurs aurait fait de nombreuses victimes en France. Cette fois, ce sont de faux dépanneurs informatiques basés en Israël qui opèrent en ligne. Les victimes, elles, se retrouvent face l’écran noir de leur ordinateur. Ce dernier affiche un message qui propose de contacter un numéro de dépannage, surtaxé bien sûr. Au bout du fil, les cybercriminels proposent une aide « gratuite », indique L’Indépendant.

Les escrocs prennent alors le contrôle de l’ordinateur et parviennent à le rallumer. Ils proposent ensuite l’achat d’antivirus, pour 300 euros. Si l’arnaque peut sembler un peu grosse, de nombreuses personnes sont tombées dans le panneau. Il s’avère que les escrocs ont réussi à soutirer plusieurs millions d’euros partout en Europe. L’argent est ensuite versé sur le compte bancaire d’une société basée à Perpignan puis envoyé sur d’autres comptes, jusqu’en Israël.

De l’argent qui transite par Perpignan

Une enquête a été ouverte et confiée au parquet cyber criminalité de Paris. Ce dernier estime qu’entre 200 et 300 personnes travailleraient dans ce faux call-center. « Des milliers de mails de ce type partent toutes les heures depuis des salles bondées d’escrocs dans toute l’Europe. Et ça marche une fois sur dix », a expliqué à nos confrères le brigadier-chef au commissariat de Perpignan.

Pour éviter ce piège, il est recommandé de débrancher sa connexion lors de l’apparition du message et de ne pas répondre, encore moins de transmettre des informations personnelles. Autre technique pour se protéger : choisir un mot de passe difficile, pour éviter les piratages. Des antivirus peuvent également être installés. S’il est trop tard, il est toujours possible de joindre sa banque pour faire opposition. Une plainte peut aussi être déposée et un signalement peut être effectué sur le site cybermalveillance.gouv.fr.

Sujets liés