20 Minutes : Actualités et infos en direct
JEU VIDéOUn musée virtuel sur l’Holocauste dans Fortnite, un néonazi contre-attaque

Fortnite : il annonce la création d’un musée virtuel sur l’Holocauste et devient la cible d’un néonazi

JEU VIDéODans ce lieu virtuel, les avatars n’auront pas la possibilité de détruire des objets ou de danser
Le créateur du musée souhaite rendre accessible à tous l'histoire de la Shoah. Illustration
Le créateur du musée souhaite rendre accessible à tous l'histoire de la Shoah. Illustration - Pixabay / Olichel / Pixabay
20 Minutes avec agence

20 Minutes avec agence

Le créateur de jeux français Luc Bernard a annoncé sur X (ex-Twitter) le 2 août dernier la création d’un musée virtuel sur l’Holocauste dans le jeu vidéo Fortnite, rapporte Le Huffington Post. Cette initiative a pour objectif de rendre l’histoire de cette période accessible au plus grand nombre.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Donner accès à l’Histoire

Luc Bernard a eu l’idée de ce projet après qu’Epic Games, le studio de Fortnite, a noué un partenariat en août 2021 avec TIME Studios. Cet accord propose aux joueurs de découvrir une exposition virtuelle racontant l’histoire des droits civiques aux États-Unis autour du discours de Martin Luther King Jr. à Washington DC en 1963. L’homme, qui a créé le jeu The Light of the Darkness qui se passe sous le régime de Vichy, s’est directement inspiré de cette première initiative pour son idée de musée sur la Shoah.

« La majorité des gens n’ont pas forcément accès aux musées, or aujourd’hui avec Internet, on est connecté au niveau mondial, donc cette initiative, c’était vraiment une manière d’y donner accès à tout le monde », a-t-il raconté à nos confrères du Huffington Post. Dans ce musée, le développeur souhaite notamment explorer certains aspects de la Shoah moins évoqués, comme le sort qui était réservé aux personnes queers ou aux juifs séfarades. « La vie n’était pas facile non plus pour les juifs d’Afrique du Nord », a-t-il souligné.

Un raid antisémite

Mais, en annonçant sur X (ex-Twitter) le 2 août dernier l’officialisation de son projet, Luc Bernard a reçu de nombreux commentaires négatifs. L’homme aurait spécifiquement été visé par un raid de Nick Fuentes, un néonazi suprémaciste blanc influent aux États-Unis. « J’ai reçu plein de trucs, des photos ou des vidéos de moi qui va à Auschwitz, des gens qui m’écrivent en me disant qu’ils veulent terminer le génocide et je recevais ça par milliers » a-t-il confié.

Pour permettre à ce lieu de rester un sanctuaire, les joueurs ne pourront pas y danser ou en casser les objets. Pour l’heure, aucune date officielle de sortie de ce musée virtuel n’a été communiquée mais l’initiative de Luc Bernard pourrait être mise en ligne dans les prochaines semaines.

Sujets liés