Google vous épiait depuis trois ans et est véritablement peiné

<a href='http://www.gizmodo.fr'>Gizmodo.fr</a> en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Pendant des années, les voitures de Google ont sillonné nos quartiers tout en cartographiant nos rues. On collectait des données sur les réseaux Wi-Fi tout en déterminant leur provenance -- sans nous aviser.  Google se voulait rassurant : « Ne vous inquiétez pas, jamais nous n'utiliserons ces données pour nos produits et nous sommes désolés de devoir les recueillir. »

Toutefois, après vérification, on constate que les voitures de Google Street View, ramassaient un peu plus d'informations que nécessaire. Bien sûr, Google déclare qu'ils ont eu tort de collecter des échantillons qui comprennent à la fois des données ainsi que leur source et leur destination, en provenance des réseaux Wi-Fi ouverts (non protégé). Elle affirme qu'ils n'ont jamais utilisé ces données dans aucun de leurs produits.

Nous avons généralement ramassé des données fragmentées. Nos voitures sont en mouvement; il aurait donc fallu que quelqu’un utilise son réseau alors qu'une voiture passait. De plus, l'équipement Wi-Fi dans nos véhicules change automatiquement de canal environ cinq fois par seconde. En outre, nous n’avons recueilli aucun renseignement provenance de réseaux Wi-Fi sécurisés.

Prétendument, Google n’a jamais désiré colliger ces données. Au contraire, c'est simplement le résultat d’une mauvaise programmation du code d'un logiciel, qui fut installé dans les voitures et qui devait servir dans le cadre d’un projet expérimental. Les responsables ne voulaient pas de ce code et n'avaient aucunement l'intention d'utiliser ces données. Google est apparemment très contrarié?pour ce qui est arrivé et a mis en quarantaine toutes ces voitures jusqu’à ce que le problème soit résolu et effacera les données collectées de manière inappropriée.

Voici leur déclaration :

« L’équipe d’ingénierie de Google travaille dur pour gagner votre confiance; nous sommes très conscients que nous avons failli à nos obligations. Nous sommes profondément désolés de cette erreur et sommes déterminés à en tirer toutes les leçons. »

[Google Blog via New York Times]