Au Paris Geek Girls Dinner, des filles et des ordinateurs

REPORTAGE Elles sont parisiennes, elles sont geeks, et elles se retrouvent pour parler high-tech...

Oriane Raffin

— 

Le Paris Geek Girls Dinner.
Le Paris Geek Girls Dinner. — Celine

Des lumières vertes, des écrans et des ordinateurs de partout: le ton est donné. Bienvenue à la soirée des Paris Geek Girls Dinner, au Windows 7 café, dans le centre de Paris. Ce mardi soir, 170 filles, férues de nouvelles technologies, se sont donné rendez-vous dans le café éphémère de Microsoft.

Ce soir-là, une poignée de journalistes Web, quelques blogueuses, mais surtout beaucoup de communicantes et d’informaticiennes papotent high-tech autour de cocktails de fruits, sans alcool s’il vous plaît. Le concept des «Girl Geek Dinners» est né à Londres, en 2005. L’idée est de développer une communauté de femmes «geekettes». Depuis 2008, le groupe a été exporté en France, sous la houlette de Sandrine Camus, 44 ans, journaliste spécialisée en nouvelles technologies et jeux vidéos.

La réunion, très prisée par les marques, est en fait un haut lieu de publicités. C’est l’occasion, pour les annonceurs, de montrer leurs dernières trouvailles. Parmi les démonstrations, outre Windows 7 et des jeux vidéos de karaoké, les «geekettes» ont pu découvrir la réalité augmentée, une technologie qui permet de faire apparaître un personnage virtuel dans un univers réel. Une marque de céréales propose en effet un nouveau jeu sur son emballage: un «tag», sorte d’image contenant plein d’informations, lu par une webcam, devient un jeu vidéo sur ordinateur. Le paquet, lui, devient la manette de jeu. Céline, 30 ans, trouve le système «super impressionnant». «C’est quand même autre chose que les jeux qu’on avait quand on était petites», s’amuse Anne, à ses côtés, qui reprendra bien une boîte de céréales. Opération marketing réussie.