Le buzz réussi de Google wave

INTERNET Alors que Google a prévu d'inviter (seulement) 100.000 internautes à essayer sa nouvelle interface, la déferlante submerge déjà la Toile...

Sandrine Cochard

— 

Google Wave veut être l'interface de communication du 21e siècle
Google Wave veut être l'interface de communication du 21e siècle — Google

Mercredi matin, les internautes un rien geek n’ont qu’une idée en tête: dégoter une invitation pour essayer Google Wave, la très attendue nouvelle interface du géant américain. Alors que Google a prévu d’inviter (seulement) 100.000 internautes à essayer sa nouvelle création, la déferlante submerge déjà la Toile.
 
Un million de curieux
 
Sur Twitter, Google Wave est LE sujet du jour. De nombreux utilisateurs du site de micro-blogging supplient ainsi d’éventuels chanceux détenteurs d’une précieuse invitation – qui ont le droit d’inviter deux personnes de leur choix pour le test - de leur en réserver une (ici, ici et ). «Depuis que le projet a été annoncé lors de la conférence des développeurs de Google, en mai dernier, un million de personnes se sont dits intéressés pour le tester», rappelle le site de BBC News. Pour aider les internautes dans leur quête, le site Mashable liste les 4 façons d’obtenir une invitation.
 
Même frénésie sur Facebook - 104 groupes au nom de Google Wave ont été créés - où la chasse aux invitations va bon train. L’impatience pour décrocher ce sésame, qui fait tourner autant de tête que le «précieux» de Gollum, est telle que certaines invitations se monnayent déjà sur eBay à 200 dollars (137 euros) au moment de la rédaction de cet article.  Sans surprise, certains exploitent le buzz et proposent des fausses invitations pour propager des virus.

 
A défaut de pouvoir être testé par tous, «Google Wave a déjà inondé Twitter et Facebook», se moque gentiment Penn Olson sur son blog.
 
Spéculations
 
Quant aux testeurs, que pensent-ils de Google Wave? Il est encore un peu tôt pour le dire, le service n’ouvrant qu’à partir de 17h (heure française), mercredi. Certains spéculent déjà. «Plus rapide, plus puissant, meilleur» pour les uns, «Une innovation importante, audacieuse et cool pour la collaboration en ligne en temps réel» pour d’autres.
 
«Je savais que cette “vague“ était un outil de collaboration accueilli avec beaucoup d'excitation lors de sa présentation en mai dernier. Mais il m'a fallu du temps pour comprendre ce qui le rend vraiment différent - et, en dépit de son habileté pure, je ne suis pas encore tout à fait sûr que ce sera le raz-de-marée», affirme le blog de BBC news dédié aux technologies.
 
Sur Twitter, le bloggeur Korben ne cache pas sa déception. «Moi j'ai testé Google Wave y'a quelques mois maintenant et je vous le dit.... ne vous enflammez pas», affirme-t-il.
 
Google Wave aura au moins généré un buzz impressionnant. «Toutefois, ce buzz ne garantit pas le succès de Google Wave, tempère le quotidien britannique The Guardian. Bien que le produit soit compatible avec les outils de live existants, Google Wave pourrait échouer à toucher le grand public.» Car Google Wave à au moins un défaut: il ne peut tourner à 100% dans Internet explorer. Ce qui pourrait lui coûter cher selon The Guardian. C'est oublier un détail: Google a sorti un plugin pour faire tourner son navigateur Chrome dans Internet Explorer.