Arnaque : Recrudescence des « sextorsion », un chantage aux fausses vidéos compromettante

MANIPULATION Ce chantage peut parfois prendre la forme d'une fausse convocation de la brigade de protection des mineurs et présenter des informations personnelles de la victime

20 Minutes avec agence
— 
La « sextorsion » peut prendre la forme d'une fausse convocation de police. Photo d'illustration.
La « sextorsion » peut prendre la forme d'une fausse convocation de police. Photo d'illustration. — M. Libert / 20 Minutes

L'arnaque au chantage à la webcam fait un retour en force pour cette rentrée 2022. C'est du moins ce qu'a annoncé sur Twitter le directeur général du Groupement d'Intérêt Public Action contre la Cybermalveillance (GIP ACYMA) ce mardi. Relayé par RTL, Jérôme Notin a indiqué que le nombre de consultations de la page consacrée au chantage à la webcam sur le site cybermalveillance.gouv.fr avait connu un pic ces derniers jours.


Cette arnaque est connue sous le nom de « sextorsion ». Elle consiste pour les escrocs à contacter la victime, par mail le plus souvent, et à lui faire croire que sa webcam piratée l'a filmée en train de consulter un site pornographique ou pédopornographique. Les arnaqueurs demandent ensuite de l'argent, parfois plusieurs milliers d'euros, faute de quoi ils diffuseront ces prétendues images. Une variante de cette arnaque prend la forme d'une fausse convocation de la brigade de protection des mineurs pour les mêmes motifs.


Ne pas céder au chantage

Ce chantage aurait fait des milliers de victimes en France depuis des années, poussant les autorités à alerter depuis longtemps sur ce procédé malveillant. En cas de réception d’un tel mail, il ne faut ni répondre ni payer la somme demandée. Dans la grande majorité des cas, les escrocs ne disposent d'aucune image compromettante, et ce même si le pirate est détenteur de certaines informations personnelles.

Il est ensuite conseillé de prendre des captures d’écran du message et de les envoyer à la plateforme de signalement Pharos ou sur cybermalveillance.gouv.fr. Si des sommes ont déjà été payées, il faut contacter au plus vite sa banque afin d'annuler la transaction et se rendre au commissariat pour porter plainte. Enfin, pour éviter tout risque de piratage par webcam, il est possible en amont de masquer la caméra de son ordinateur à l’aide, par exemple, d’un morceau de ruban adhésif.