La réalité virtuelle, un danger pour les enfants ?

VR L’impact de la réalité virtuelle sur des enfants en train de forger leur personnalité pose question

20 Minutes avec agences
— 
Les lunettes de réalité virtuelle permettent de « passer de l'autre côté » de l'écran (illustration).
Les lunettes de réalité virtuelle permettent de « passer de l'autre côté » de l'écran (illustration). — Smith Collection/Gado/Sipa USA

La réalité virtuelle est-elle un danger pour les enfants ? La question fait débat entre les entrepreneurs, parfois accusés de faire du profit sur leurs dos et la communauté scientifique, sceptique sur les bienfaits de cette technologie.

Mainak Chaudhuri est chef de projet pour la start-up française Actronika, qui développe des technologies liées au toucher dans les interactions entre humains et machines. Présent cette semaine au salon VivaTech, à Paris, consacré au numérique et aux start-up, il est convaincu que la réalité virtuelle est « la première étape vers le métavers » et qu’elle ne présente aucun danger pour les enfants. « Ils participent simplement à une expérience ; il ne s’agit pas de prendre part à une lutte contre les incendies ou être impliqué sur un champ de bataille. Nous ne créons pas de la souffrance », explique-t-il à l’AFP.

Quid des contenus violents ou sexuels ?

Néanmoins, des inquiétudes grandissent sur la façon dont la réalité virtuelle répond de plus en plus à des enjeux économiques. Parmi les investisseurs, Meta, maison mère de Facebook qui détient également Instagram et WhatsApp, est particulièrement influente sur cette technologie. Même si l’entreprise a déjà pris plusieurs mesures pour donner aux parents plus de contrôle sur le contenu auxquels ont accès les enfants, « le problème, c’est que les enfants soient exposés à un contenu qui ne les concerne pas », s’inquiète Kavya Pearlman, experte en cybersécurité.

Au cœur de ses préoccupations : la manière dont les enfants peuvent être amenés à devenir des créateurs de contenu sans le vouloir ou l’exposition à du contenu violent et sexuel. En témoigne l’histoire de Nina Jane Patel, une entrepreneuse britannique harcelée dans une expérience immersive.

« Je me sentais comme prise au piège »

« Je suis entrée dans l’espace commun et, quasiment immédiatement, trois ou quatre avatars masculins se sont rapprochés de moi : je me sentais comme prise au piège, raconte-t-elle. Ils ont commencé à me harceler verbalement, ont attouché mon avatar sans mon consentement. Pendant ce temps-là, un autre prenait des photos ».

Pour Valentino Megale, un pharmacologue américain spécialisé en neurosciences, le risque pour les enfants est « que la réalité virtuelle provoque des changements sur leur identité, leurs émotions, leur psychologie, alors qu’ils sont justement en train de forger leur personnalité ».