Apple sonne le glas de l’iPod, son lecteur de musique révolutionnaire

RIP C’est la fin du fameux lecteur qui permettait de mettre « 1.000 chansons dans sa poche »

20 Minutes avec agence
— 
Steve Jobs et le tout premier iPod en octobre 2001
Steve Jobs et le tout premier iPod en octobre 2001 — M. EVANS/J. JACOBSON/AP/SIPA

Si vous rêvez de vous procurer le dernier iPod, dépêchez-vous. Apple a annoncé ce mardi, dans un communiqué, mettre un terme à la production de son lecteur de musique iconique, lancé en 2001.

Quand les stocks d’iPod touch, dernier né de la gamme sorti en 2019, seront épuisés, la firme américaine dira définitivement adieu à ce produit qui a marqué l’histoire de la consommation musicale. L'iPod a « redéfini la manière dont la musique est découverte, écoutée et partagée », indique Greg Joswiak, vice-président du marketing mondial chez Apple.

Il a inspiré l’iPhone

L’iPod a grandement contribué à la révolution numérique qui a touché le secteur au début des années 2000. Les utilisateurs pouvaient stocker pour la première fois des centaines de titres dans ce petit objet, se connecter à iTunes (à partir de 2003), écouter des podcasts. La gamme s’est très vite élargie pour surfer sur cet énorme succès. L’iPod mini puis l’iPod nano ont eux aussi conquis un large public.

Mais ce petit lecteur de musique incarne également une révolution technologique qui dépasse le secteur de la musique. Apple s’est en effet inspiré de l’iPod pour développer le premier iPhone, sorti en 2007, rappelle BFMTV. Steve Jobs, cofondateur de la firme de Cupertino, avait d’ailleurs présenté son smartphone comme un mix entre « un iPod, un téléphone et une borne d’accès à Internet ». La fameuse molette du lecteur a même failli se retrouver sur l’iPhone, avant que les équipes n’optent pour un grand écran tactile, là encore avec succès.