Lille : Une société nordiste développe de très efficaces armes anti-drones

DEFENSE Basée près de Lille, l’entreprise de sécurité MC2 Technologies conçoit et fabrique des systèmes de défense utilisés notamment par les forces de l’ordre, notamment des armes permettant de neutraliser des drones

Mikaël Libert
— 
Une arme anti-drone développée par MC2.
Une arme anti-drone développée par MC2. — MC2
  • Largement démocratisés, les drones du commerce peuvent constituer une menace.
  • Ils sont parfois utilisés pour faire du renseignement ou pour porter une charge explosive.
  • Une société nordiste développe des systèmes de brouillage des drones commerciaux utilisés par l’armée et les forces de police.

Alors que cela fait plus d’un mois que la Russie a lancé son offensive en Ukraine, les activités de MC2 Technologies n’ont jamais été autant d’actualité. Installée à Villeneuve d’Ascq, près de Lille, dans le Nord, l’entreprise est spécialisée dans la conception de dispositifs permettant de neutraliser la plupart des drones du marché. Du matériel de guerre de haute technologie déjà utilisé par plusieurs forces opérationnelles françaises.

Si MC2 n’est pas née hier, elle s’est toutefois largement développée au cours des dernières années. A la base, l’entreprise travaillait à élaborer les composants du futur autour des micros et des nanotechnologies dans les domaines de la défense, de la sécurité et des télécommunications. C’est en 2015 que MC2 a commencé à concevoir des solutions prêtes à l’emploi, toujours dans ses domaines de prédilection, comme des scanners corporels et des brouilleurs de drones. « L’idée est vraiment de se concentrer sur les drones commerciaux qui peuvent constituer des menaces diverses et dont le coût reste assez bas au contraire des drones militaires », explique Paul Philippart, directeur commercial chez MC2.

Des drones utilisés par les Russes en Ukraine pour du repérage

On a vu que de tels engins, souvent sous la barre des 1.000 euros, pouvaient en effet être utilisés pour mener des attaques. Deux soldats français avaient été blessés en 2016, en Irak, par un drone envoyé par l’Etat islamique. Beaucoup plus récemment, le gouvernement ukrainien a accusé l’armée russe d’utiliser des drones du fabricant chinois DJI pour faire du repérage de zones avant des tirs de missiles. De son côté, le ministère de la Défense ukrainien a incité les pilotes amateurs de drones de la région de Kiev à se mettre à disposition de l'armée pour repérer les soldats russes. « Ce sont des menaces prises très au sérieux, à tel point que tous les corps d’armée français et des forces opérationnelles telles que le Raid sont équipées de nos systèmes anti drones », poursuit-il. Que ce soit en opérations extérieures, lors d’événement comme le défilé du 14 juillet ou pour la sécurisation de sites sensibles de type centrales nucléaires.

Le dernier produit de MC2, le Nerod RF, ressemble à un fusil futuriste. « Il permet de brouiller le système de communication entre le drone et sa radiocommande sur 7 fréquences. Privé de communication, l’appareil s’immobilise et finit par atterrir ou par retourner à sa base selon la configuration », détaille Paul Philippart. Dans ce dernier cas, le Nerod RF assure aussi un brouillage du GPS qui peut empêcher cette éventualité. MC2 développe aussi un radar millimétrique, capable de repérer les plus petits drones, et un système d’écoute des radiofréquences pour remonter jusqu’à la radiocommande et trouver le responsable de la menace.

A ce jour, comme le GPS en son temps, la vente de ces dispositifs considérés comme des matériels de guerre est réservée aux seuls Etats. Inutile donc de contacter MC2 si votre voisin a tendance à faire voler son drone de loisir au-dessus de votre jardin.