Guerre en Ukraine : Le conflit pourrait durer « des mois, voire des années » selon le secrétaire général de l’Otan

BOUT DU TUNNEL Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a insisté sur le maintien des sanctions contre la Russie et le renforcement des défenses des pays membres de l’UE

M.F avec AFP
— 
Une manifestation contre l'invasion russe de l'Ukraine et pour exiger l'arrêt du commerce de l'énergie avec la Russie, devant le bâtiment du Reichstag à Berlin, en Allemagne, le mercredi 6 avril 2022.
Une manifestation contre l'invasion russe de l'Ukraine et pour exiger l'arrêt du commerce de l'énergie avec la Russie, devant le bâtiment du Reichstag à Berlin, en Allemagne, le mercredi 6 avril 2022. — Markus Schreiber/AP/SIPA

« Nous devons être réalistes. La guerre peut durer longtemps, plusieurs mois, voire des années. » Cette phrase dénuée de tout optimisme a été prononcée ce mercredi par le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg. Selon lui, le président russe Vladimir Poutine n’a pas renoncé à son objectif de « contrôler l’ensemble de l’Ukraine ».

« C’est la raison pour laquelle nous devons également être préparés à un long parcours, à la fois en ce qui concerne le soutien à l’Ukraine, le maintien des sanctions et le renforcement de nos défenses », a-t-il déclaré avant le début d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’alliance.

Des implications à long terme pour la sécurité de l’Europe

« L’Ukraine a un besoin urgent de soutien militaire et c’est la raison pour laquelle il est si important que les alliés de l’Otan acceptent de continuer à soutenir l’Ukraine avec de nombreux types différents d’équipements militaires, à la fois des équipements plus lourds et des systèmes d’armes légers. Et nous avons vu que ce soutien a un effet réel au quotidien », a-t-il insisté.

« Quelle que soit la date de la fin de la guerre, elle aura des implications à long terme pour notre sécurité. Parce que nous avons vu la brutalité. Nous avons vu la volonté du président Poutine d’utiliser la force militaire pour atteindre ses objectifs. Et cela a changé la réalité de la sécurité en Europe pour de très nombreuses années », a averti Jens Stoltenberg.