Des chercheurs créent des robots « vivants » capables de se dupliquer à partir de cellules souches d’embryons de grenouilles

BIOTECHNOLOGIE Ces Xenobots sont capables de s’auto-assembler et de se dupliquer

David Manfredini pour 20 Minutes
— 
Des chercheurs créent des robots cellulaires capables de se dupliquer
Des chercheurs créent des robots cellulaires capables de se dupliquer — Geeko

L’année dernière, un groupe de chercheurs travaillant à l’Université du Vermont aux États-Unis a annoncé la création des premières « machines vivantes » capables de s’auto-assembler à partir de cellules souches d’embryons de grenouilles. Il s’agissait déjà de la deuxième génération de Xenobot.

Les chercheurs viennent de dévoiler la troisième génération de Xenobots. Ils sont désormais capables de s’auto-répliquer. Ces organismes conçus par ordinateur et auto-assemblés peuvent désormais se déplacer pour trouver des cellules individuelles et en rassembler des centaines pour créer de nouveau Xenobots, capables eux aussi de se dupliquer. « Avec la bonne conception, ils se répliquent spontanément », affirme Joshua Bongard, informaticien et expert en robotique à l’Université du Vermont.

Un nouveau mode de réplication

Les chercheurs expliquent que les cellules « libérées » de devenir des têtards sont capables d’utiliser une sorte d’intelligence collective pour faire quelque chose de complètement différent. Michael Levin, professeur de biologie et directeur du Allen Discovery Center de l’Université Tufts au Massachusetts est étonné de ce résultat : « Nous avons le génome complet et inchangé de la grenouille, mais il n’a fourni aucun indice que ces cellules peuvent travailler ensemble sur cette nouvelle tâche ». Les chercheurs insistent sur le fait que ce mode de réplication est quelque chose de nouveau d’un point de vue biologique.

Les scientifiques ont cherché quelle forme de Xenobot était la plus appropriée et la plus efficace dans le processus de réplication. Pour y parvenir, ils ont demandé au supercalculateur UVM de comprendre comment ajuster la forme des parents initiaux. L’ordinateur a ensuite proposé diverses formes, dont une qui ressemblait à Pac-Man. « C’est très peu intuitif. Cela semble très simple, mais ce n’est pas quelque chose qu’un ingénieur humain pourrait trouver. Pourquoi une petite bouche ? Pourquoi pas cinq ? Nous avons envoyé les résultats à Doug et il a construit ces parents Xenobot sous la forme de Pac-Man. Ensuite, ces parents ont construit des enfants, qui ont construit petits-enfants, qui ont construit des arrière-petits-enfants, qui ont construit des arrière-arrière-petits-enfants ».

Les scientifiques veulent désormais arriver à comprendre ces mécanismes : « Nous travaillons pour comprendre cette réplication. Le monde et les technologies évoluent rapidement. Il est important que la société dans son ensemble étudie et comprenne comment cela fonctionne. »